Covid-19 : Les soignants en première ligne face à la 5ème vague

istock

Il y a deux jours, le professeur Djillali Annane de l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches, a dû fermer trois lits de réanimations sur les 15 que compte son service. Certains soignants sont en arrêts maladie et il est impossible de trouver des remplaçants qualifiés.

« Le personnel soignant présente des signes d’épuisement professionnel et des signes de stress post-traumatique »

« Malheureusement le plan blanc n’a pas permis de renforcer le personnel soignant pour maintenir le niveau de lits en réanimation. Notre problématique quotidienne est de garder les lits ouverts » affirme le professeur Djillali Annane. Fermer des lits alors que les malades du Covid reviennent, c’est tout le paradoxe de cette 5ème vague. D’autant que le pire est à venir s’inquiète le professeur : « il y a un décalage de 10 jours entre la vague de contamination dans la population et la vague d’hospitalisation en réanimation ».

A lire aussi

 

Le plan blanc permettrait d’annuler les congés des soignants au moment des fêtes mais les conséquences pourraient être catastrophiques prévient Eloi Goullieux, réanimateur dans les Hauts-de-France : « personne à l’heure actuelle ne se risque à ça. Tout le monde à conscience y compris dans les ARS qu’aujourd’hui, énormément de ces personnels soignants présentent des signes d’épuisement professionnel et des signes de stress post-traumatique ». L’inquiétude se porte aussi désormais sur le variant Omicron. Son extrême contagiosité pourrait amener un nouveau flux de patients jusqu’à la fin de l’hiver.

Rémi Pfister

Ecoutez le reportage de Rémi Pfister : 

 

Retrouvez les Infos du jour