Janine Jansen

Jeune trentenaire, Janine Jansen fait partie de cette génération où le violon semble se conjuguer au féminin : Julia Fischer, Hilary Hahn, Lisa Batiashvili et quelques autres à venir… Elle a commencé le violon dès l’âge de six ans, et est devenue extrêmement célèbre dans ses Pays-Bas d’origine lors de ses débuts avec grand orchestre en 1997 – un an avant l’obtention de son diplôme du Conservatoire d’Utrecht – à la Résidence de la Haye et surtout au Concertgebouw d’Amsterdam, où elle est aussitôt invitée annuellement. Après s’être encore perfectionnée auprès d’illustres maîtres, tels Boris Belkin, Isaac Stern, Joshua Bell, le pianiste Menahem Pressler ou même Mstislav Rostropovitch, elle parcourt le monde, rivalisant de beauté certes par son physique sculptural, mais surtout par ses merveilleux phrasés et sa sonorité, favorisée il est vrai par un Stradivarius « Barrere » de 1727 prêté par un mécène privé, grâce à la généreuse intervention de la Stradivari Society de Chicago et de la fondation Elise Mathilde. Elle subjugue au passage les chefs les plus renommés, comme Valery Gergiev ou Vladimir Ashkenazy : « A mon avis il ne lui manque rien : maîtrise absolue de l’instrument, chaleur et compréhension, naturel et immense pouvoir de communication. »

Janine Jansen est en outre une adepte de la musique de chambre : « Quand j’avais neuf ans, mon professeur de violon m’a mise dans un quinquette avec piano et je ne suis plus jamais revenue en arrière (…). La musique de chambre révèle tant de choses : votre véritable personnalité rayonne à travers votre jeu. » Membre depuis 1998 des Concerts Spectrum de Berlin donnés dans la Kammermusiksaal de la Philharmonie, elle a aussi fondé à Utrecht « son » festival international en la matière fin 2003, ce qui lui permet de jouer régulièrement avec des artistes de la stature de Jean-Yves Thibaudet, Leif Ove Andsnes, Itamar Golan, Yuri Bashemt, Maxim Rysanov, Truls Mørk ou Mischa Maisky. Elle a d’ailleurs mis cette passion au service de son deuxième CD Decca – son éditeur exclusif – consacré aux Quatre Saisons de Vivaldi et réalisé… en famille avec son père Jan au continuo et cinq autres instrumentalistes à cordes seulement (dont Julian Rachlin – qui partage sa vie – à l’alto et son propre frère Maarten au violoncelle). Mais accompagnée au disque par Riccardo Chailly, Daniel Harding et Paavo Järvi, elle a aussi brillé depuis dans ses gravures des grands concertos du répertoire.

Francis Drésel, directeur de la programmation musicale de Radio Classique.