Verdi : saurez-vous reconnaître quel opéra se cache derrière ces personnages ?

Verdi enchante toujours autant les amateurs d’art lyrique. Ses opéras sont sur les scènes du monde entier et ses « tubes » sur toutes les lèvres. Et vous, saurez-vous reconnaître quel opéra se cache derrière ces personnages ?

 

1. Violetta : lorsqu’une prostituée rencontre l’amour véritable

Nous sommes dans le Paris du Second Empire. Violetta, courtisane de haut vol, rencontre Alfredo. C’est le coup de foudre. Elle décide de changer de vie et se retire à la campagne avec son amant. Mais, pour la famille du jeune homme, c’est un énorme scandale (Imaginez, à l’époque !). Son père craint même que sa jeune sœur ne puisse pas trouver d’époux (Oui, ça semble bizarre aujourd’hui, mais il y a deux siècles…). Alors Violetta se sacrifie et renonce à Alfredo. Celui-ci retrouve sa trace à Paris quelque temps plus tard, ruinée et gravement malade. Elle meurt dans ses bras. (Snif !)

Comment s’appelle cet opéra, inspiré par La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils ?

(La réponse en bas de l’article)

 

A lire aussi

 

2. Manrico : un bohémien se révèle être le fils d’un comte

Leonora aime un jeune inconnu (Manrico) qui vient lui chanter la sérénade. Mais le comte de Luna est lui aussi amoureux d’elle et entend bien se débarrasser de ce rival. Il condamne la mère de celui-ci au bûcher, la bohémienne Azucena, et parvient ainsi à emprisonner Manrico venu la délivrer. Leonora promet alors au comte de l’épouser s’il libère son bien-aimé, puis se suicide au poison pour échapper à son serment. (Vous suivez toujours ?) Furieux, Luna tue Manrico. (Ce n’est pas fini ! Le pire est à venir…) Azucena attend que le meurtre soit accompli pour lui révéler qu’il vient de commettre un fratricide : elle avait enlevé Manrico bébé, pour se venger du père de Luna, et l’avait élevé comme son propre enfant.

Quel est le titre de cet opéra où vengeance et folie se mêlent à l’amour ?

 

 

3. Gilda : l’innocence à l’épreuve de la cruauté du monde

Verdi s’inspire pour cet opéra de la pièce Le Roi s’amuse de Victor Hugo. A la cour du duc de Mantoue, le bouffon se moque des courtisans. L’un d’eux, dont la fille a été séduite par le duc, le maudit. Libertin invétéré, le duc s’intéresse maintenant à Gilda. Quelques membres de la cour enlèvent la jeune fille, la croyant à tort la maîtresse du bouffon et voulant ainsi lui faire une farce (On a du mal à partager leur sens de l’humour…). En réalité, elle est sa fille. Le bouffon décide de venger leur honneur en faisant assassiner son maître. (Il ne fait pas dans la demi-mesure, le bouffon…) Lorsque Gilda réalise le caractère volage du duc, elle souffre… mais l’aime encore. Elle s’arrange donc pour mourir à sa place. Son père réalise trop tard sa méprise et se souvient alors de la malédiction.

Avez-vous reconnu cet opéra dont tout le monde connaît l’air « La donna è mobile » ?

 

 

4. Leonora : devenir ermite lui a finalement permis de retrouver son amant

Tout commence en Espagne, où Leonora (non, ce n’est pas celle du Trouvère. Je vous accorde que Verdi aurait pu choisir un autre nom pour qu’on s’y retrouve plus facilement !) et Alvaro ont résolu de s’enfuir pour pouvoir se marier sans le consentement paternel. Mais le père de Leonora les surprend, un coup de feu part, et il meurt en maudissant sa fille. Dès lors, le frère n’aura de cesse de retrouver les amants fugitifs pour leur faire payer ce parricide involontaire. On retrouve Leonora quelques mois plus tard… seule. (Là, on ne comprend pas très bien comment les amoureux se sont perdus.) Elle se retire dans un ermitage. Pendant ce temps Alvaro, devenu soldat, croise à l’armée le frère de sa bien-aimée. Il parvient à s’enfuir et se réfugie dans un monastère…. près duquel Leonora est en prière. Malheureusement, cela, il l’ignore. Cinq ans plus tard, le frère retrouve la trace d’Alvaro et, nonobstant son habit de moine, le force à se battre en duel. Alvaro le blesse mortellement. Mais le fou furieux a encore le temps de transpercer Leonora, accourue au bruit, avant de rendre le dernier soupir. Les amants se retrouvent, mais trop tard. (Vous aussi vous trouvez que le frère aurait mieux fait de pardonner ?)

Quel est cet opéra auquel Jean-Claude Petit a emprunté le thème de son ouverture pour la BO du film Jean de Florette ?

 

A lire également

 

5. Desdémone : peut-on raisonner un mari malade de jalousie ?

Le général est amoureux fou de sa femme, mais il est aussi d’une jalousie maladive. Iago, le mauvais génie de l’histoire, le sait parfaitement. Il tisse un complot machiavélique faisant croire au général que sa femme le trompe avec son meilleur ami. Il va même jusqu’à subtiliser un mouchoir de la belle Desdémone pour mieux berner le mari jaloux. Rageur, ce dernier étouffe sa femme et ne comprendra ses torts que bien trop tard. (De l’importance de bien choisir ses amis…)

Avez-vous deviné quel drame de Shakespeare Verdi reprend pour cet opéra ?

 

 

Prêt à connaitre votre nombre de bonnes réponses ?

1. Comment s’appelle cet opéra, inspiré par La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils ? 

Réponse : La Traviata

2. Quel est le titre de cet opéra où vengeance et folie se mêlent à l’amour ?

Réponse : Le Trouvère

3. Avez-vous reconnu cet opéra dont tout le monde connaît l’air « La donna è mobile » ?

Réponse : Rigoletto

4. Quel est cet opéra auquel Jean-Claude Petit a emprunté le thème de son ouverture pour la BO du film Jean de Florette ?

Réponse : La Force du destin

5. Avez-vous deviné quel drame de Shakespeare Verdi reprend pour cet opéra ?

Réponse : Otello

 

 

Notre sélection d’extraits à découvrir d’urgence :

 

Chœur des soldats du Trouvère, dirigé par Lamberto Gardelli à Covent Garden

 

 

Ouverture de La Force du destin, dirigée par Valery Gergiev

 

Sixtine de Gournay

 

Découvrez plus de secrets de grandes œuvres