Un « livreur de cocktail molotov » arrêté hier à Gennevilliers – La Revue de Presse de David Abiker

Alors que des tensions se sont manifestées dans certains quartiers sensibles, après l’arrestation le 18 avril d’un homme à Villeneuve-la-Garenne, les policiers de Gennevilliers ont interpellé un fabriquant de cocktail molotov qui faisait commerce sur les réseaux sociaux.

L’essayiste David Goodhart pense que le coronavirus peut rapprocher les « anywhere » des « somewhere »

Profession livreur de cocktail molotov, c’est à lire dans Le Parisien. Un homme qui distribuait en camion, comme le lait en Angleterre, des engins incendiaire a Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, a été arrêté hier par des policiers de la commune. Un artisan de l’incendie et de la violence, puisque d’après l’enquête, on a trouvé dans son téléphone des photos montrant des bouteilles de bière remplies d’essence avec des bouts de tissus en guide de mèche.

 

à lire aussi

 

L’homme, livreur de profession, monnayait ses services, explique Le Parisien, sur les réseaux sociaux. Comme quoi, les tensions sociales et urbaines créent les débouchés les plus inattendues. De tensions sociales, il est egalement question dans Le Figaro Magazine, avec l’interview de David Goodhart, qui a publié Les deux clans, la nouvelle fracture mondiale. L’essayiste britannique analyse les conséquences sociales et politique du Coronavirus. David Goodhart est celui qui a fait cette distinction entre les « anywhere » et les « somewhere ».

 

 

Les « anywhere », ce sont ceux qui peuvent vivre partout, les bénéficiaires de la mondialisation quant aux « somewhere », ce sont ceux qui sont attachés, voir enchainés à un territoire et qui n’en profitent pas vraiment. « La crise du coronavirus rapprochera les anywhere » les privilégiés donc, des somewhere, ceux qui ne le sont pas« , parie David Goodhart.

 

David Akiber

 

Retrouvez l’actualité du Classique