Polémique autour de l’hommage aux soignants de la violoniste Lena Yokoyama

La violoniste japonaise a donné un récital sur le toit de l’hôpital de Crémone. Alors qu’elle bénéficiait de toutes les autorisations, de nombreux internautes ont critiqué sa prestation lui reprochant notamment d’avoir mis en danger sa sécurité et celle de l’hôpital.

 

Gounod, Bach, Vivaldi et Ennio Morricone dans le ciel de Crémone

L’initiative de la violoniste japonaise du Musée du violon de Crémone entrait dans le cadre de l’opération de soutien et de levée de fonds pour les personnels soignants de cette ville de Lombardie, l’une des provinces les plus touchées par le Covid-19 en Italie. Au début du mois elle avait déjà joué du Gounod, du Bach et du Vivaldi au sommet du campanile (Torrazzo) de la cathédrale de Crémone au profit des soignants de la ville.

A lire aussi

2 semaines plus tard, le 16 avril à 18h, la jeune femme est, cette fois-ci, montée sur le toit de l’hôpital de la ville (L’Ospedale Maggiore) où elle a joué plusieurs musiques de films comme celles d’Ennio Morricone : « Gabriel’s Oboe » (Le Hautbois de Gabriel), thème principal de Mission de Roland Joffé et « Love Theme » extrait du film Cinema Paradisode Giuseppe Tornatore. Elle a également interprété un morceau composé par John Williams pour La Liste de Schindler de Steven Spielberg et, bien sûr, « Fratelli d’Italia », l’hymne italien.

 

La réponse de Lena Yokoyama aux critiques

Pour réaliser cette prestation prestation, Lena Yokoyama avait obtenu toutes les autorisations requises et était soutenue par les autorités culturelles et municipales. Elle ne s’attendait certainement pas à faire l’objet de critiques suite à la diffusion de la vidéo de son récital sur les réseaux sociaux. Une vidéo vue des centaines de milliers d’internaute depuis jeudi et si certains lui reprochent sa tenue, jugée inadaptée aux circonstances, d’autres, les plus nombreux, l’accusent d’avoir mis sa santé en danger et, surtout, celle du personnel hospitalier et des patients de l’établissement.

 

 

A lire aussi

 

Devant la virulence de certains commentaires, la violoniste a tenu à publier une mise au point, citée par le site slippedisc.com : « Il semble qu’il y ait des gens qui s’inquiètent de ce que j’ai fait, alors je veux préciser que j’ai porté un masque correctement sauf pendant la représentation. Le masque a été retiré après le départ des membres du personnel qui m’ont accueillie. Je n’ai utilisé que des couloirs stérilisés et j’étais seule lorsque je me suis déplacée à l’intérieur de l’hôpital où je ne suis restée que 2 heures. J’ai fait cette vidéo pour collecter des fonds pour l’hôpital de Crémone. Je l’ai fait pour répondre à une demande directe de l’Université de Crémone et j’ai joué uniquement pour l’hôpital et les patients. J’ai utilisé un haut-parleur pour diffuser le son du toit au sol. Après avoir joué, je suis parti sans avoir de contact avec les gens qui m’ont écouté à l’extérieur du bâtiment. Et si j’ai joué vêtue d’une robe rouge c’était à la demande de l’hôpital, le rouge étant un symbole d’amour et de passion ».

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique