Stocamine : 6 scénarios pour le déstockage des déchets toxiques

C’est un dossier qui traîne depuis des années au plus haut sommet de l’Etat, celui de Stocamine, du nom du site de stockage de déchets dangereux situé dans le Haut Rhin. Que faire de ces déchets ? Barbara Pompili, la ministre de la Transition Ecologie se rend sur place.

 

44 000 tonnes de déchets toxiques ont été enterrées sur le site Stocamine

Dans les années 90, l’Etat a décidé d’utiliser une ancienne mine de potasse à Wittelsheim pour entreposer à 550m de profondeur des déchets ultimes toxiques, mais le projet tourne court. En 2002, tout est arrêté après un incendie dans une galerie souterraine du site. Entre temps, 44 000 tonnes de déchets y ont été stockées dans ce site situé, et c’est là un élément essentiel du dossier, à proximité immédiate de la nappe phréatique d’Alsace, la plus grande d’Europe. Plusieurs experts pointent du doigt une pollution inévitable.

 

A lire aussi

 

Depuis 2002 se pose une question : que faire de ces déchets ? Faut-il les enfouir à jamais ? Ou faut il déstocker, c’est-à-dire les sortir pour les stocker ailleurs ? Dans les années 90, l’Etat avait promis la réversibilité du projet, la possibilité de déstocker les déchets. C’est ce que demande l’association Déstocamine. Respecter cet engagement de réversibilité et poursuivre le déstockage, c’est aussi ce que demandent tous les élus locaux : Jean Rottner le président de la région Grand Est, Yves Goepfert le maire de Wittelsheim et le député LR du Haut Rhin, Raphaël Schellenberger.

 

Barbara Pompili propose 6 scénarios, une décision sera prise fin janvier

6 scénarios sont aujourd’hui sur la table : de l’enfouissement au déstockage total. Ce sont ces 6 scénarios que présente aujourd’hui aux élus locaux et aux associations Barbara Pompili. Raphaël Schellenberger plaide pour sortir 25% des déchets de l’ancienne mine. Et il y a désormais urgence, car les toits de certaines galeries s’affaissent peu à peu, ce qui complique chaque année un peu plus d’éventuels travaux. Le site sera inaccessible en 2027 selon le député Schellenberger.

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique