Somb, de Max Monnehay : une intrigue sans faiblesse

Voici l’histoire de Somb, écrit par Max Monnehay – une femme. François a violé et découpé en morceaux deux sœurs de 14 et 16 ans. Quand on l’a arrêté, il n’a pas opposé la moindre résistance. Il a même présenté ses poignets aux flics en souriant. « Y’a le numéro de mon avocat tatoué sur mon cul, si ça vous ennuie pas d’y aller voir, messieurs ».

 

L’histoire de Somb commence à la Citadelle, la prison de l’île de Ré

François et quelques autres du même acabit sont le quotidien professionnel de Victor Caranne, psychologue de la Citadelle, la prison de l’île de Ré. Il oublie ses pensionnaires tordus dans les bras de Julia, la femme de son meilleur ami. Julia Somb, journaliste, rousse, amoureuse et intrépide. Elle n’a peur de personne. Pour autant, elle n’a pas vu venir son meurtrier. Son corps est repéré, à l’aube, au bas d’une petite falaise, côté continent.

A lire aussi

 

Elle n’est pas tombée seule. La police a plusieurs pistes : le mari cocu, Jonas, apparemment désespéré. L’amant Victor, qui a essayé de camoufler sa liaison. La mauvaise rencontre aussi, fruit d’un mystérieux rendez-vous de Julia avec son destin, quelques jours avant Noël. Tout cela, allez-vous me dire, semble quelque peu attendu et pas très palpitant… Erreur !  Car outre une histoire bien ficelée et à l’intrigue sans faiblesses, Max Monnehay nous propose une brochette de personnages tous excellents, auxquels on s’attache très vite et jusqu’au bout. C’est-à-dire jusqu’au rebondissement final dont bien sûr je ne vous dirai rien mais qui croyez moi est totalement imprévisible sans être artificiel. Et ça, ce n’est pas facile à réussir… 

Bernard Poirette 

« Somb », de Max Monehay est paru aux éditions du Seuil, dans la collection cadres noirs.

 

Retrouvez l’actualité du Classique