Présidentielle 2022 : « Si je suis la mieux placée (…) Je serai prête » dit Ségolène Royal

Ségolène Royal, ancienne candidate à la présidentielle de 2007 était l’invitée de Guillaume Durand ce mercredi 22 janvier 2020, à 8h15. Elle s’inquiète de la « dégradation du modèle social français » et se dit « incapable de rester inerte » face au « manque d’écoute« , aux politiques « injustes » et « provocatrices » du gouvernement.

 

« On ne reconnait plus la France telle que nous l’aimons » 

« Si je suis la mieux placée pour représenter cette troisième voie entre ce face à face qu’on nous présente comme incontournable entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, je serai prête » annonce Ségolène Royal. Si l’ancienne présidente de la région Poitou-Charentes lance son association Désirs de France – Avenir de la planète, ce sont « les circonstances qui en ont décidé »  : « on ne reconnait plus la France telle que nous l’aimons (…) Quand il y a un tel désordre, quand il y a des violences, des blessés et des morts : on se demande ce qu’est devenu le pays des Droits de l’Homme. » Elle accuse en effet le gouvernement d’utiliser la stratégie du pourrissement pour décrédibiliser le mouvement des Gilets jaunes : « Il y a une incompétence, un manque d’écoute, et de compassion de ce pouvoir ». Face une opposition qui peine à se faire entendre, elle assure qu’une autre manière de faire est possible. « Ce gouvernement n’a pas été capable de résoudre les problèmes sociaux, ca a commencé avec les Gilets jaunes : en 48h, on pouvait régler le problème en supprimant cette taxe carbone ». Et d’ajouter sur la politique fiscale du gouvernement : « le prélèvement fiscal est trop inégalement réparti (…) les impôts indirects sur la consommation sont beaucoup trop lourds et donc le reste à vivre pour les petites retraites s’est réduit et c’est ça qui est devenu insupportable » 

 

Enquête du Parquet financier : « Mieux vaut que ça arrive maintenant qu’en pleine campagne » 

« C’est la première fois de ma vie politique d’abord qu’on me soupçonne de ne pas être honnête et ne pas travailler » déclare Ségolène Royal au sujet de l’enquête du parquet financier sur ses activités en tant qu’ambassadrice des Pôles.  Elle explique que cette enquête repose sur des « insinuations » et que les propos tenus sont « diffamatoires » 

 

Arthur Barbaresi 

 

 

 

Retrouvez les interviews politiques