Municipales à Paris : « Une des villes les moins endettées de France » dit Emmanuel Grégoire

Après l’officialisation ce week-end de la candidature de la maire sortante de Paris, son premier adjoint était l’invité de Guillaume Durand ce lundi 13 janvier 2020, à 8h15. A propos de l’endettement de la capitale, il explique que « 5,9 milliards peut paraitre beaucoup mais que c’est rien au regard de ce qu’est la ville de Paris ». 

 

Anne Hidalgo : Le courage de « l’impopularité de court-terme » 

L’art de conquérir le pouvoir (ou de le reconquérir) nécessite de savoir créer du désir. Après une longue attente, la maire sortante Anne Hidalgo a officialisé samedi sa candidature à la Mairie de Paris.  Souvent attaquée sur le niveau d’endettement de la ville, Emmanuel Grégoire défend les « choix difficiles et courageux » de l’actuelle locataire de l’Hotel de ville.  Aussi directeur de la campagne d’Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire assure que cette « impopularité de court-terme » est assumée  : « ce qu’elle a engagé a créé des nuisances dont elle reconnait elle-même l’ampleur ».  Une ligne de défense qui a le mérite de désamorcer les velléités des détracteurs de la maire socialiste. En réponse à Gaspard Gantzer, candidat à la mairie de Paris, qui avait déclaré sur notre antenne ‘qu’au lieu de présenter sa candidature, elle ferait mieux de présenter des excuses’, Emmanuel Grégoire tacle à son tour l’ancien conseiller en communication de François Hollande  : « Je ne crois pas que ça ait beaucoup aidé sa campagne qui ne m’a pas semblé s’engager dans une dynamique positive »

 

Pour Emmanuel Grégoire, « les Verts ne sont pas en situation de contester le leadership d’Anne Hidalgo » 

« Anne Hidalgo a une vision, une stratégie d’accord avec des partenaires potentiels. Nous souhaitons reproduire avec les Verts un accord et une majorité dans le futur » explique Emmanuel Grégoire. La campagne de la maire sortante sera principalement courte et axée sur l’écologie, ce qui ne rend pas la tâche facile aux écologistes. « La victoire des idées écologistes que nous partageons et qu’Anne Hidalgo porte très puissamment, c’est d’ailleurs peut-être l’un de leurs problèmes » avance la tête de liste pour le 12e arrondissement. En effet, à l’heure où les idées écologistes sont partagées de tous, l’enjeu écologique ne peut pas être un enjeu de différenciation dans le champ politique. Si les Verts « ont de l’ambition pour eux-même », Emmanuel Grégoire estime « qu’ils ne sont pas situation de contester le leadership d’Anne Hidalgo ». 

 

Arthur Barbaresi 

 

 

 

 

Retrouvez les interviews politiques