Présidentielle 2022 : Retour sur la guerre des droites, de Georges Pompidou à François Fillon

Quel candidat pour 2022 ? Faudra-t-il passer par la case primaire ? Le parti LR a lancé hier une grande consultation auprès de 15 000 militants et sympathisants. Et dans ces duels au soleil, il y a un cavalier seul, Xavier Bertrand, et 5 fines gâchettes. Qui dégainera le premier ?

Valéry Giscard D’Estaing : « Seule la contestation du Gaullisme permettra d’éviter à la France une révolution »

Le week-end dernier à droite, c’était unité de façade et guerre des nerfs. Par ordre d’apparition, Michel Barnier, Valérie Pécresse, Philippe Juvin et Eric Ciotti. Un pour tous et chacun pour soi. A l’arrivée, y aura-t-il du sang et des larmes ? Car à chaque fois qu’elle a voulu s’entendre pour la présidentielle la droite s’est retrouvée éparpillée façon puzzle. Pompidou à fleuret moucheté face à De Gaulle, Pompidou et sa guerre de chapelles face à Alain Poher, et à sa mort en 74, qui pour reprendre la maison à droite ? Cette fois c’est la guerre ouverte entre Chaban, Delmas et Valéry Giscard D’Estaing, partisan d’une ligne libérale et centriste. C’est VGE qui avait tiré le premier.

Un tir gagnant, car Valéry Giscard D’Estaing décrochera l’Elysée en 74 ans, mais le nouveau président et les centristes vont tomber sur un adversaire de taille. 1m89, visage sympathique et lunettes à grosses montures, Jacques Chirac, éternel rival de Giscard D’Estaing. Dès 76, la guerre est déclarée, Chirac quitte Matignon avec fracas. Nouvelle salve 3 ans plus tard. Le patron du RPR tacle VGE à l’occasion des élections européennes… Avec une expression restée dans les mémoires : « Nous ne pensons pas que l’Europe est une sorte de poudre de perlimpinpin au secours des gouvernements à court d’idées ».

Nicolas Sarkozy élu haut la main président de l’UMP début 2000, malgré les coups qui pleuvent en sous-main

Puis vient l’affrontement en 95, cette fois avec Balladur. Jacques Chirac, seul contre tous veut en découdre. Le clan Balladur prendra-t-il sa revanche ? Oui, du moins son ancien bras droit, Nicolas Sarkozy élu haut la main président de l’UMP début 2000. Et pourtant, les coups pleuvent en sous-main. Dominique de Villepin, fidèle de Chirac, est mis sur la touche dans l’affaire Clearstream. Les affaires ont également animé la présidentielle à droite en 2017. François Fillon, futur champion de la primaire qui décoche sa flèche contre Nicolas Sarkozy en août 2016.

6 mois plus tard, la flèche se transforme en boomerang pour François Fillon, lui aussi rattrapé par les affaires. Moralité, dans la guerre des droites, le plus important aujourd’hui pour les 6 prétendants sera d’éviter les balles perdues. Les résultats de la consultation des militants sur une éventuelle primaire en vue de la présidentielle seront présentés quelques jours avant le congrès du parti qui se tiendra le 25 septembre 2021.

Marc Bourreau

Ecoutez le Journal Imprévisible en intégralité : 

 

Retrouvez l’actualité du Classique