Pourquoi est-ce que Conforama a nommé hier un nouveau patron ?

conforama

Malgré un engouement des Français pour l’aménagement intérieur qui ne faiblit pas, Conforama est en crise. Le distributeur a du mal à se réinventer face à la concurrence d’Ikea et au commerce en ligne.

Conforama a nommé hier un nouveau patron, Marc Ténart.

Conforama c’est une grande marque de la distribution française mais c’est un groupe qui est doublement en crise. Il souffre d’abord parce qu’il a été racheté il y a quelques années par le sud-africain Steinhoff, un distributeur qui s’est construit en multipliant les rachats avec de la dette et qui en plus a truqué ses comptes. Le château de cartes Steinhoff s’est écroulé et comme en plus Conforama n’allait pas bien, le français s’est retrouvé dans une position hyper difficile. Pour tenter une relance, il fallait un nouveau patron : ce sera Marc Ténart, l’ancien DG de Castorama qui vient d’être nommé.

 

 

Marc Ténart : Quel est sa feuille de route pour relancer Conforama ?

Sa feuille de route est déjà en grande partie tracée. Sa stratégie de relance va porter sur deux fronts. D’un côté il faut réduire drastiquement la base de coûts d’un distributeur qui a perdu un demi milliard d’euros depuis 2013. Il va fermer 32 magasins déficitaires sur 233 et pousser vers la sortie 1.900 salariés sur 9.000 en France. Ça c’est pour arrêter l’hémorragie. Ensuite, il faut repenser les magasins et l’offre, accélérer dans le numérique. Il faudra retrouver le chemin d’une croissance rentable en étant plus petit mais mieux géré.

 

Est-ce que c’est possible ?

Ça va être difficile parce que la concurrence ne reste pas immobile. Conforama c’était le numéro un français de l’ameublement mais ils se sont fait doubler par Ikea et But. Et aujourd’hui ils sont concurrencés en plus par le commerce électronique qui propose plus de choix et souvent de meilleurs prix. Leur force c’est qu’il leur reste une marque, des emplacements, une taille critique et qu’ils sont sur un marché sur lequel il y a toujours au moins une demande de renouvellement parce que les meubles ça casse ou parce qu’on renouvelle son mobilier quand on déménage… Mais comme leur maison-mère est très endettée, peut être que le job du nouveau patron ça va plus être de redresser pour ensuite vendre plutôt que de remettre sur pied un distributeur qui aurait vocation à rivaliser tout seul un jour avec Ikea. Il doit rendre belle la mariée. Pas forcément l’accompagner pour toute sa vie.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux