Nathanaël Gouin nous fait redécouvrir les œuvres pour piano de Bizet

Le pianiste Nathanaël Gouin est l’invité du Journal du Classiqueà l’occasion de la publication de son nouvel album dédié à Bizet, sorti chez Mirare.

 

Glenn Gould considérait les Variations chromatiques de Bizet comme un chef d’œuvre du répertoire pianistique romantique

Alors que le nom de Bizet reste attaché à l’opéra ou au répertoire symphonique, Nathanaël Gouin nous invite à redécouvrir sa musique pour piano, curieusement délaissée par les interprètes depuis de longues années. On se laisse ainsi emporter par la douceur et les accents schumaniens de son cycle « les chants du Rhin », inspiré de poèmes de Joseph Méry, mais aussi par l’audace de ses « variations chromatiques », que Glenn Gould considérait comme l’un des plus grands chefs d’œuvre du répertoire pianistique romantique.

A lire aussi

 

Nathanaël Gouin nous rappelle ainsi à quel point Bizet, qui était par ailleurs un virtuose du piano, a su exprimer sa fibre lyrique au clavier. Il n’en oublie pas moins les talents de transcripteur du compositeur, à qui l’on doit, entre-autre, une étourdissante version pour piano seul du deuxième concerto de Saint-Saëns. On se délecte également à l’écoute de la propre transcription du pianiste français, de la voluptueuse « Romance de Nadir » extraite des « Pêcheurs de perles ».

Concerts à venir :
Le 8 octobre à Angers, avec Raphaël Sévère et Astrig Siranossian dans un programme Poulenc, Boulanger et Fauré
Le 10 octobre à la Scala, à Paris, avec l’ensemble 2e2M, Léo Margue, Noëmi Schindler et Raphaël Sévère, dans un programme Filidei, Sévère, Cavanna
Les 16 et 7 octobre à Albi, avec Mathilde Caldérini, Alexandre Pascal, Damien Ventula… dans des programmes Beethoven, Brahms et Schumann
Le 17 novembre, au Musée d’Orsay à Paris, dans un programme Bizet, Liszt.

Laure Mézan

Réécoutez l’intégralité du Journal du Classique en cliquant ici

Retrouvez l’actualité du Classique