Macron sur les non vaccinés : « Il décide qu’ils ont cessé d’être des citoyens » s’insurge Michel Onfray

Le philosophe Michel Onfray était l’invité de la matinale de Renaud Blanc ce mercredi 5 janvier, amené à réagir sur les propos très polémiques du chef de l’Etat. Devant les lecteurs du Parisien, Emmanuel Macron s’est dit décidé à « emmerder les non vaccinés jusqu’au bout », des propos inacceptables selon l’écrivain et fondateur de l’Université populaire de Caen.

Antivax : Même si leurs arguments sont « irrationnels », Michel Onfray prône le débat

Michel Onfray assure n’avoir pas été étonné par les déclarations d’Emmanuel Macron sur les non vaccinés, rejetant toute idée de dérapage du président : « c’est un entretien, c’est relu. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’une phrase volée. Il est en train de répondre à une caméra et il utilise un mot trivial, grossier, vulgaire qu’il a choisi sciemment ». Le philosophe dénonce le fait de stigmatiser des citoyens parce qu’ils n’ont pas reçu d’injection : « c’est du délire ! ». Des propos qui n’ont pas eu d’impact immédiat sur les intentions de vote, puisque selon le baromètre quotidien OpinionWay et Kéa Partners pour Radio Classique et Les Echos, le chef de l’état est toujours à 25%, largement en tête devant Valérie Pécresse et Marine Le Pen.

A lire aussi

 

« Quand on prétend être le président de tous les Français, il n’y a pas un Français dont on puisse dire celui-ci ne fait pas partie de la communauté » insiste Michel Onfray. Emmanuel Macron, selon lui, « décide qu’une catégorie de la population, les gens qui ne sont pas vaccinés ont cessé d’être des citoyens, mais qui fait ça ? » s’énerve-t-il. Il dénonce une dialectique extrêmement dangereuse du président, qui s’érige en « homme qui décide que ces gens-là ne sont plus des citoyens ». Michel Onfray plaide quant à lui pour le débat avec les antivax, même si leurs arguments sont « très souvent irrationnels ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’invité de la matinale