Emmanuel Macron en Arabie Saoudite : « Mohammed Ben Salmane lui sera redevable », selon Pascal Boniface

Pascal Boniface, directeur de l’Iris, l’Institut de relations internationales et stratégiques était l’invité ce jeudi 9 décembre de la matinale de Radio Classique. Il est revenu sur la vente par Dassault de 80 Rafales aux Emirats Arabes unis et à la poignée de main controversée entre Emmanuel Macron et le prince héritier Mohammed Ben Salmane.

La présidence de l’Union européenne sert notamment « à attirer la lumière, être au centre de l’actualité, ce qui permet de donner des impulsions »

Alors que la France s’apprête à présider pour 6 mois l’Union européenne, à partir du 1er janvier, Renaud Blanc a interrogé le géopolitologue : « à quoi ça sert ? ». Une question très directe adressée à Pascal Boniface, co-auteur avec Anne Sénéquier du livre La géopolitique, tout simplement, aux éditions Eyrolles. Selon lui, la présidence de l’Union européenne sert notamment « à attirer la lumière, être au centre de l’actualité, ce qui permet de donner des impulsions ». Toutefois, il reconnaît que le fait d’être en année présidentielle peut « freiner les ardeurs réformistes d’Emmanuel Macron ». Le président, que les observateurs voient déjà candidat à sa réélection, risque selon Pascal Boniface « d’être accaparé par la campagne, et d’avoir moins de temps à se consacrer à la présidence de l’Union européenne ». S’agissant justement de l’Union européenne, Pascal Boniface fait un constat étonnant, alors qu’il la jugeait sévèrement avant la crise sanitaire du Covid-19, « des évènements » sont venus changer son opinion : le plan de relance qui fait que « nous souffrons moins économiquement que d’autre pays », et les arrivées massives de vaccins « qu’on a pu acheter parce qu’on a un poids ».

A lire aussi

 

Mohammed Ben Salmane est en difficulté diplomatique

Autre sujet marquant dans l’actualité, la vente par Dassault de 80 Rafales aux Emirats Arabes unis, et une poignée de main très commentée entre Emmanuel Macron et Mohammed Ben Salmane. Le président français est le premier grand chef d’État se rendre en Arabie saoudite depuis l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Pour Pascal Boniface, il fait du « en même temps » : « on ne peut qu’être frappé par la dénonciation de la violation des droits de l’homme au Venezuela et le silence sur la violation des droits de l’homme à d’autres pays ». Le directeur de l’Iris exclut de toutes façons tout lien entre vente d’armes et morale : « vendre des armes, est indispensable pour l’industrie militaire française parce que l’armée française n’a pas la taille d’absorber ce que l’on produit ». Le directeur de l’Iris estime qu’Emmanuel Macron fait de la Realpolitik : « Il sait que MBS a des difficultés diplomatiques. En brisant le mur du silence qui l’entoure, le président français sait qu’il lui sera redevable ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’invité de la matinale