Les musiciens grévistes de l’Opéra de Paris donnent un concert devant l’opéra Bastille

Après les danseuses interprétant des passages du « Lac des cygnes » devant l’opéra Garnier la veille de Noël, des musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Paris en grève contre la réforme des retraites ont organisé ce mardi un mini-concert sur les marches de l’opéra Bastille.

 

Mobilisation intacte malgré le geste du gouvernement

Malgré les efforts faits par le gouvernement pour accéder à certaines demandes des grévistes de l’Opéra National de Paris, ces derniers restent mobilisés après 27 jours de grève. « Nous refusons toujours d’entrer dans une parodie de négociations », ont indiqué les grévistes de l’Opéra de Paris, dénonçant le « passage en force du gouvernement », dans un message lu avant le début de cette performance en plein air. Les musiciens ont joué quelques morceaux très connus du répertoire classique, comme la Damnation de Faust d’Hector Berlioz ou la Danse des chevaliers, célèbre extrait du Roméo et Juliette de Sergueï Prokofiev, avant de terminer sur une interprétation de la Marseillaise, devant quelques centaines de personnes venues les soutenir, qui ont entonné ensuite des chants protestataires.

 

A lire aussi

 

 

L’Opéra de Paris redoute une perte de plus de 12 millions d’euros

Les grévistes de l’Opéra de Paris, qui ont déjà organisé plusieurs actions de ce genre contre la suppression de leur régime de retraite spécifique, dont le ballet devant Garnier la veille de Noël, ont réaffirmé à cette occasion leur opposition à la réforme du gouvernement. « Nous refusons d’être les fossoyeurs de notre propre régime de retraite », ont ils indiqué dans leur message, continuant d’exiger le retrait de la réforme. Pour rappel, l’Opéra national de Paris et la Comédie-Française sont les seules institutions culturelles concernées par la réforme du gouvernement sur les retraites. Avec déjà plus de 50 représentations annulées depuis le début du mouvement de grève, la direction de l’Opéra de Paris redoute des pertes au-delà de 12 millions d’euros.

Par ailleurs, la direction de l’Opéra national a été contrainte de repousser la date de présentation de sa plateforme numérique aria (académie digitale pour expliquer l’opéra tout en accompagnant le public), initialement prévue le 14 janvier 2020.

 

Philippe Gault (Avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique