Un ballet sur le parvis de l’Opéra de Paris pour soutenir les grévistes

Une quarantaine de danseuses, accompagnées par des musiciens de l’Opéra National de Paris, ont dansé sur un extrait du Lac des cygnes sur le parvis du Palais Garnier pour manifester leur soutien au mouvement de grève contre la réforme des retraites.

 

Quelques pas de danse sur le Lac des cygnes devant l’opéra

Il était 15h ce mardi 24 décembre lorsque des musiciens et des danseuses de l’Opéra de Paris se sont présentés sur les marches du Palais Garnier. Devant des passants surpris et des manifestants enthousiastes, les jeunes femmes, membres du corps de ballet de l’Opéra ont dansé sur les notes de l’acte IV du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Leur manière de manifester leur soutien au mouvement de grève contre la réforme des retraites qui a débuté le 5 décembre et qui est très suivi à l’Opéra de Paris, dont les employés sont directement concernés, comme ceux de la Comédie Française. Datant de 1698, sous Louis XIV, le régime spécial de l’Opéra est un des plus anciens de France. Leur caisse spéciale (financée à moitié par l’État) pourrait être supprimée et les danseurs craignent de voir disparaître leur pension alors qu’ils sont mis à la retraite à 42 ans. Un certain nombre d’entre eux a d’ailleurs participé aux manifestations parisiennes depuis le début du mois

 

 

A lire aussi

 

 

Déjà plus de 8 millions d’euros de perte pour l’Opéra de Paris

Lundi, les dirigeants de l’institution ont indiqué que, depuis le début de la grève, l’Opéra National de Paris a perdu plus de 8 millions d’euros de recettes de billetterie. A l’affiche en ce moment, le spectacle « Le Prince Igor » à l’Opéra Bastille et le ballet « Le Parc » à l’Opéra Garnier, ont été à nouveau annulés pour le réveillon et les représentations des 25 et 26 décembre sont compromises. Après 3 semaines de grève, plus de 45 spectacles d’opéra et de ballets ont été annulés par l’Opéra de Paris. L’annulation d’un seul opéra comme « Le Prince Igor » à Bastille représente une perte de 358 000 € chaque soir en moyenne en billetterie, a précisé la direction de l’Opéra.

 

Philippe Gault (avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique