Le ton monte à la Maîtrise Notre-Dame de Paris

Suite à l’annulation mardi soir du concert de Noël à l’église Saint-Sulpice en raison d’un mouvement de protestation d’un collectif d’étudiants du chœur, l’association qui gère l’institution menace de poursuites judiciaires.

 

Les 5 licenciements de la discorde

L’association Musique sacrée à Notre Dame de Paris a averti mercredi que le boycott des messes par les étudiants du choeur pour protester contre des licenciements liés à l’incendie de la cathédrale, pourrait avoir des conséquences judiciaires. « La remise en cause de la réorganisation et des économies nécessaires pourrait entraîner la mise sous tutelle du dossier Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris sous la responsabilité du Tribunal de Grande Instance de Paris », a averti l’association.

Dans un communiqué publié mardi, un collectif de 22 étudiants du chœur, d’anciens chanteurs et des parents avait dénoncé « des procédures extrêmement graves de cinq licenciements, totalement abusifs et injustifiés » et annoncé qu’ils refusaient de chanter le soir même à un concert prévu dans l’église Saint-Sulpice. Ces procédures visent notamment le chef de département de musique sacrée médiévale, Sylvain Dieudonné.

Musique sacrée à Notre Dame de Paris, qui gère la Maîtrise, avait justifié les licenciements comme des mesures d’assainissement budgétaires indispensables qui viennent en réponse à une procédure d’alerte récente du commissaire aux comptes. L’incendie de la cathédrale, le 15 avril, et « la réduction substantielle de notre saison de concerts ont entraîné en quelques mois la perte d’un quart de notre budget de fonctionnement », avait-elle argué. « Les décisions de réorganisation n’entraînent nullement l’arrêt de la pratique du chant grégorien et de la musique médiévale, ni de leur enseignement », a tenu à rassurer l’association.

 

A lire aussi

 

Une affectation partielle des dons pour la Maîtrise

L’incendie de Notre-Dame, le 15 avril, a suscité une mobilisation extraordinaire en France et dans le monde: 922 millions d’euros de dons et promesses de dons ont été confirmés par plusieurs fondations chargés de la collecte, soit 320 000 dons au total. Si « l’essentiel des sommes collectées par le Fonds Notre-Dame, placé sous l’égide de la Fondation Notre-Dame sont destinées au chantier Notre-Dame, une affectation partielle est prévue selon les accords passés avec plusieurs mécènes« , a précisé la MSNDP. Un fonds dédié à la Maîtrise a été par ailleurs ouvert pour recevoir des dons. « Grâce à de généreux donateurs,une partie des effets négatifs de la perte de recettes ont pu être contenus« , a indiqué encore l’association.

A noter que le journal La Croix révèle que le chantier de rénovation entre dans une étape décisive avec des avancées concrètes des premières initiatives, au point que le général Jean-Louis Georgelin, en charge du dossier, a assuré qu’un Te Deum sera donné le 16 avril 2024 dans la cathédrale, « pour célébrer le travail qui aura été fait ».

 

Philippe Gault (avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique