Philippe Entremont 1er artiste classique vivant à disposer de son hologramme

La presse suisse a révélé que le pianiste rémois de 85 ans, aux 7000 récitals donnés à travers le monde et 350 enregistrements réalisés, a participé mi-novembre, pendant 3 trois jours, à un enregistrement afin de créer son hologramme qui permettra de le voir jouer « ad vitam aeternam ».  Une représentation sera organisée en 2020. Elle permettra de découvrir Philippe Entremont assister à un récital de son double virtuel dans une grande salle de concert.

 

7 œuvres de Bach, Beethoven, Chopin, Mozart et Debussy enregistrées

 

« C’est formidable, je suis toujours pour la nouveauté et ne suis pas passéiste du tout. Lorsqu’on m’a proposé de réaliser cet hologramme, je n’ai pas hésité une minute. D’autant plus que c’était en Suisse, à La Chaux-de-Fonds, dans une salle de concert mythique, là où ont été réalisés les meilleurs enregistrements du monde » a déclaré Philippe Entremont au site swissinfo.ch. Au total, lors de cette séance d’enregistrement, Philippe Entremont a enregistré 7 œuvres de Bach, Beethoven, Chopin, Debussy et Mozart dont on ne connaît pas encore le détail. C’est la start-up vaudoise Cybel’Art qui est à l’origine de cette initiative. Une demi-douzaine de techniciens a ainsi filmé pendant 3 jours le pianiste et ses mains glissant sur le piano à queue installé dans la salle de concert de La Chaux-de-Fonds. Une caméra spéciale a été disposée au-dessus du pianiste, permettant une très haute résolution «6 et 8K». Pour l’enregistrement sonore, 4 micros de haute technologie ont été utilisés. Selon Pierluigi Orunesu, le patron de Cybel’Art: « L’idée était d’immortaliser le jeu et le doigté de Philippe Entremont et, dans un second temps peut-être, de réaliser des applications permettant à des élèves d’apprendre à jouer avec lui ».

 

L’engouement pour les artistes virtuels

 

Philippe Entremont n’est pas le 1er artiste enregistré en vue de proposer son hologramme en concert. En France on a déjà pu voir ceux de Dalida ou Johnny Hallyday. Aux États-Unis la société Base Hologram fait déjà revivre dans des spectacles des artistes disparus comme Whitney Houston, Amy Winehouse, Buddy Holly ou Michaël Jackson. Des artistes pop vivants ont eux aussi droit à leur hologramme comme Abba ou Madonna mais, dans le domaine de la musique classique, seule Maria Callas y a eu droit et ses concerts virtuels à travers le monde remplissent les salles. En revanche, Philippe Entremont est le seul artiste classique vivant à bénéficier de son avatar virtuel, ce qui le ravit: « Je n’ai pas peur de devenir un fantôme. Au contraire, c’est passionnant de jouer pour la postérité ». Cybel’Art ne compte pas s’arrêter là et projette de réaliser les hologrammes d’une cinquantaine d’artistes internationaux vivants.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique