Laïcité : Emmanuel Macron, « prêcheur républicain » selon Libération

La presse ce matin réagit aux déclarations du chef de l’État hier à Mulhouse sur les dérives de l’islam politique. Le déplacement du président avait pour thème la reconquête républicaine et de la lutte contre le séparatisme islamiste.

 

Républicain Lorrain : « Emmanuel Macron a ouvert une nouvelle séquence de son quinquennat »

Les éditorialistes sont très loquaces ce matin pour commenter l’intervention du chef de l’Etat que Libération voit en « prêcheur républicain » qui, selon Laurent Joffrin « reste sur ce point fidèle à son projet de départ ».

 

A lire aussi

 

Pour Philippe Bour du Républicain Lorrain Emmanuel Macron « a ouvert une nouvelle séquence de son quinquennat, affichant une volonté de fermeté face aux atteintes à la laïcité ». Sur ce sujet, Laurent Bodin ajoute que « Les mesures contre le séparatisme religieux ne peuvent être qu’un pan d’un plan beaucoup plus large visant à, partout, faire respecter les règles de droit ».

 

 

« Séparatisme » : le mot avait été employé par Charles de Gaulle en 1947

Dans La Charente Libre, Maurice Bontinck estime que le chef de l’État « a raison de vouloir s’attaquer au « séparatisme » qui relate mieux les problématiques de notre société que ce mot fourre-tout de « communautarisme » et renvoie tous les musulmans dans un ghetto sémantique fermé à double tour ».

 

 

A propos des influences étrangères évoquées par Emmanuel Macron, Jean Levallois de la Presse de la Manche rappelle que  » L’idée selon laquelle les lois françaises de la République s’appliquent en France, et donc, à contrario, que ce ne saurait être le cas des lois étrangères, est une règle de bon sens ». Enfin, une précision historique utile de Florence Chédotal de La Montagne qui indique que le « séparatisme » est un mot qu’avait employé Charles de Gaulle en 1947, mais c’était pour parler… des communistes.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique