L’accent du Gers de Jean Castex intrigue vos journaux

Une semaine après la nomination de Jean Castex à Matignon, les journaux n’en finissent plus de passer le nouveau premier ministre au microscope. A commencer par l’Opinion, qui s’intéresse à ses intonations « made in Gers ». Un atout pour Emmanuel Macron, écrit Nathalie Segaunes, car il pourrait bien réconcilier l’Elysée avec la France profonde.

 

Edouard Philippe juge que « Jean Castex a un accent énorme, mais il est très compétent »

Pour Nathalie Segaunes: « Dans cet univers de jeune dandies filiformes, l’arrivée du quinquagénaire a fait l’effet d’une éolienne hissée dans le parc du château de Versailles ». Jean Castex «  a un accent énorme, mais il est très compétent », ce sont les mots d’Edouard Philippe son prédécesseur. Autre propos rapporté dans l’article, ceux de Jean-Luc Mélenchon, le patron de la France Insoumise. Pour lui « Jean Castex parle à deux à l’heure : soit il se moque de nous soit c’est le maximum dont il est capable ». 

 

A lire aussi

 

Le Parisien lui, vient dire le contraire « Castex n’arrête jamais » titre le quotidien, qui revient sur la première semaine du nouveau locataire de Matignon: réunions, interviews, déplacements… « Il a un bon physique, c’est un rugbyman, normal qu’il entre tout de suite dans la mêlée » résume en privé Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale. Au point que Jean Castex, raconte le journal, n’a pas encore eu le temps de personnaliser son bureau, si ce n’est cette photographie en format poster de sa ville de Prades vue du ciel, qu’il a reçue en cadeau jeudi dernier.

 

Coronavirus : Jean Castex est venu en Guyane pour prouver que le département n’était pas oublié par le gouvernement

« Qu’aura vu le premier ministre en Guyane ? » s’interroge Libération, qui décrit des rues absolument vides, des feux tricolores en panne,même pas un déjeuner au bar des Palmistes où Jacques Chirac avait ses habitudes. « Pour sa visite express, Jean Castex est surtout venu prouver que le département le plus touché par l’épidémie de coronavirus n’était pas oublié par le gouvernement » écrit Célian Macé.

 

A lire aussi

 

Libération revient sur 4 pages sur la double crise qui secoue le territoire, crise sanitaire et humanitaire. Célian Macé de citer l’écrivain Blaise Cendrars : « La Guyane, ce n’est pas plus grand que la Bretagne et la Normandie réunies, aussitôt qu’on s’éloigne des maisons de fonctionnaires, la chaleur est plus dense, la nuit plus lourde de paroles et de murmures » . Jean Castex les aura-t-il entendus ?

 

Marc Bourreau

 

Retrouvez l’actualité du Classique