La nicotine efficace contre le Covid-19 ? : Le virus continue de susciter mystères et inquiétudes – La Revue de Presse de David Abiker

Les hebdomadaires font leur Une cette semaine sur le monde d’après. L’ère post-déconfinement fait naître des théories apocalyptiques dans la population, alors que les scientifiques n’ont toujours pas fini d’élucider toutes les énigmes du coronavirus.

La nicotine pourrait faire barrière au coronavirus, selon Jean-François Delfraissy

Vos hebdos tentent de se projeter jusqu’au 11 mai, voire au-delà. « La France peut-elle se relever ? », se demande Valeurs Actuelles, qui tire le portrait d’une économie à terre. Le magazine Challenges s’inspire d’un film catastrophe pour imaginer l’avenir et titre : « Le jour d’après ». Quant à Society, c’est une Une en forme de soupir de dépit : « demain, c’est loin ». Et puis dans Le Point, un habitant des Bouches-du-Rhones voit, lui, arriver des violences sociales sur fond de pénuries et il lance : « la période Mad max arrive », en référence à ce film d’anticipation où l’on manquait de pétrole, mais pas de Gilets jaunes…

 

à lire aussi

 

Mais c’est loin demain, car à quoi bon se lancer dans des projections, des prévisions, des anticipations, si le virus n’a pas révélé tous ses mystères ? Voilà pourquoi vous lirez Le Figaro ce matin, qui fait la liste de ce que l’on sait et que l’on se sait pas du virus. Dans un encadré, le journal fait état d’une bizarrerie pointée il y a quelques jours par le pr. Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique sur le Covid-19.

 

 

L’Homme responsable de l’apparition de nouveaux virus mortels

« L’immense majorité des formes graves de coronavirus n’est pas composée de fumeurs », confirmant le constat étonnant d’un éminent tabacologue. Ils sont même 5 a 10 fois moindres qu’attendus dans les hopitaux. On ignore à quoi c’est dû, peut-être la nicotine. Mais Le Figaro rappelle que 200 fumeurs chaque jour meurent d’autre chose, alors qu’ils ne fassent pas les malins. Le Point, qui nous parle lui des nouveaux virus. Covid-19, Zika, Ebola… Les maladies infectieuses prolifièrent et elles prospèrent sur la destruction des biotopes.

 

à lire aussi

 

Car la réflexion qui monte, et qui concerne le monde d’aujourd’hui comme celui d’après, c’est le lien que certains établissent entre la destruction de l’environnement et l’apparition de ces nouveaux virus. L’hebdomadaire nous ouvre les pages d’un zoo où l’on trouvera des cochons, des chauve-souris, des crocodiles, des poules, des singes, des louveteaux… Bref, des animaux porteurs de virus transmis à l’homme. Mais qui a boulerversé l’habitat et le biotope de qui ? C’est l’Homme.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique