La Folle Journée de Nantes 2020 franchit la barre des 150.000 spectateurs

La Folle Journée, événement populaire de la musique classique créé il y a 25 ans, a enregistré un nouveau record de fréquentation pour son édition 2020, consacrée cette année à Beethoven.

 

Nicholas Angelich et Boris Berezovszky en tête d’affiche du festival

Il avait déjà fait l’objet de deux programmations spéciales de la Folle Journée – en 1996 puis 2005- mais n’avait pas reçu un tel hommage, rendu pour le 250e anniversaire de sa naissance. Au total, ce ne sont pas moins de 271 concerts qui ont été donnés du 29 janvier au 2 février à Nantes en l’honneur de Ludwig van Beethoven, dans le cadre de la 26e édition du festival de musique classique de la cité des Ducs. Et semble-t-il, le compositeur allemand fait recette puisqu’il a permis, selon les organisateurs, d’établir un nouveau record de fréquentation ; 140.050 billets se sont écoulés sur les 144.195 en vente. Cela porte le nombre de spectateurs à plus de 150.000 si l’on ajoute les 10.000 scolaires ayant fait le déplacement.

 

A lire aussi

 

Ont été jouées l’intégrale de la musique pour piano, celle de la musique de chambre (sonates pour violon et piano, quatuors, quintettes…), l’ensemble des concertos et des symphonies mais aussi une grande partie de la musique chorale et des mélodies. « Un hommage à toute la diversité et la complexité de l’oeuvre de Beethoven » pour la directrice de la Folle Journée, qui aura recouru à quelque 1.800 artistes interprètes, dont les pianistes Nicholas Angelich, Boris Berezovsky et Abdel Rahman El Bacha, pour assurer les représentations. « Le piano, les symphonies, les créations contemporaines et le projet de Félicien Brut [NDRL : accordéoniste aux créations contemporaines] ont particulièrement bien marché« , ont déclaré les organisateurs.

 

Le thème de la prochaine édition de la Folle Journée a été dévoilé

Ludwig van Beethoven, compositeur prolifique malgré sa précoce surdité, fut une figure annonciatrice du romantisme dans le genre musical. Il inspira des générations entières de compositeurs. Et encore aujourd’hui, il continue d’influencer ses contemporains : « Beethoven a suscité depuis plusieurs années d’étonnantes créations dans le domaine du spectacle musical, du jazz, de la vidéo ou des musiques actuelles », déclara René Martin, le directeur artistique de la Folle Journée. Il citera notamment la création du vidéaste Olivier Garouste ou encore celle de Joachim Horsley, le pianiste « qui cubanise la musique de Beethoven ». Le thème de la 27e édition, qui se tiendra l’année prochaine, a également été dévoilé à nos confrères de l’AFP. Elle devrait être dédiée aux compositeurs russes. En attendant, la Folle Journée va entamer une tournée à l’international; d’abord au Japon puis en Russie avant de clôturer sa série de concerts à Varsovie, en septembre prochain.

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique