JO 2021 : Démission du compositeur Keigo Oyamada, alias Cornelius, accusé de harcèlement lorsqu’il était lycéen

Joi Ito/wikimedia commons

A trois jours de l’ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo, un des compositeurs de l’équipe en charge de la cérémonie d’ouverture a démissionné. Le Japonais Keigo Oyamada âgé de 52 ans est accusé d’avoir harcelé des camarades de classe, notamment certains atteints de handicaps.

Keigo Oyamada a présenté des excuses, insuffisantes pour le maintenir dans l’équipe

Selon nos confrères britanniques de la BBC, ce sont d’anciens articles de presse qui ont provoqué le départ de Keigo Oyamada, connu comme compositeur sous le nom de Cornelius. Il s’y serait vanté d’avoir harcelé des camarades, sans exprimer de regret dans un premier temps. Le site lemonde.fr détaille les tortures infligées, particulièrement insoutenables, qu’il avait décrites dans les magazines Rockin’On Japan et Quick Japan en 1994 et 1995. Des articles qui viennent de refaire surface, alors que les Jeux Olympiques de Tokyo s’ouvrent vendredi. Face à l’indignation au Japon et sur les réseaux sociaux -un hasghtag #KeigoOyamadaMustResign (Keigo Omayada doit démissionner) est même apparu sur Twitter-, le compositeur a présenté des excuses, insuffisantes pour le maintenir dans l’équipe.

A lire aussi

 

Le comité d’organisation des JO a jugé les actions de Cornelius « absolument inacceptables », et a également présenté des excuses pour avoir tenté de le garder à son poste, « dans le court laps de temps avant la cérémonie d’ouverture ». Les organisateurs ont finalement jugé que « cette décision était une erreur » et ont accepté sa démission. C’est la troisième depuis le début de l’année, après celle en mars du directeur artistique Hiroshi Sasaki qui avait tenus des propos offensants sur le physique d’une comédienne japonaise, et celle du président du comité d’organisation Yoshiro Mori. Cet ancien Premier ministre avait fait des déclarations sexistes, jugeant que les femmes parlaient trop et que les réunions avec des administratrices allaient « prendre beaucoup de temps ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique