Hilary Hahn : le monde de la culture au ralenti, son défi pour se remettre au travail

Hilary Hahn lance sur Twitter et Instagram le #100daysofpractice (traduisez par 100 jours d’entraînement). En montrant la voie avec son violon, elle nous invite, quelque soit le domaine pratiqué, à travailler chaque jour afin de recréer un état d’esprit de travail au quotidien. En publiant chaque jour une vidéo de sa pratique du violon, elle met au défi les musiciens à jouer de leurs instruments, les compositeurs à composer ou encore les écrivains à écrire …

Le quotidien d’Hilary Hahn en temps de Covid-19

Coutumière du fait, Hilary Hahn en est à sa quatrième session du #100daysofpractice. Pourquoi le relancer maintenant ? La violoniste sent que le moment est venu de se remettre au travail après l’arrêt imposé au monde du spectacle vivant. La violoniste, comme beaucoup d’autres interprètes, a choisi ce moment inédit de repos forcé pour s’adonner à d’autres choses que la pratique quotidienne de son instrument. C’est pourquoi Hilary Hahn compte sur ces 100 jours, qui nous mèneront au printemps, pour rebâtir ses muscles spécifiques au violon et un état d’esprit de travail mis à mal par les confinements successifs et annulations de concerts.

A lire aussi

A travers une vidéo par jour, Hilary Hahn nous livre les secrets de son entraînement. Il est passionnant d’observer les difficultés et l’application de l’une des plus grandes violonistes du monde sur des exercices si basiques à l’échelle de son talent, de la voir reconstruire méthodiquement les callosités de ses doigts qui « remodèlent le bout du doigt, affectant la position de la main, l’intonation, l’agilité et le vibrato ». Chaque jour donc, elle nous livre sa progression sur l’étude technique Urstudien ou Isolation Variation de Michael Abels, œuvre dont elle a assuré la création le 12 décembre dernier.

Plus de 536 000 posts sur les réseaux sociaux reprenant son hashtag

Satisfaite du mouvement qu’elle a entraîné avec plus de 536 000 posts sur les réseaux sociaux, la dimension participative est au cœur de chacun des 100 days challenge lancés par Hillary Hahn. En assurant que le processus du travail est plus important que le résultat, et que c’est en se mettant au travail chaque jour pendant 100 jours que l’on créé une habitude, un état d’esprit, ce sont des centaines de musiciens qui publient chaque jour leurs progrès.

A lire aussi

 

Cette démarche est aussi le fruit d’une véritable réflexion sur la période actuelle, sans concerts. Si certains interprètes professionnels ont choisi de maintenir le rythme en multipliant les concerts en ligne, d’autres, à l’image d’Hilary Hahn ont profité de la pandémie pour faire un véritable pause dans la pratique intensive de leurs instruments. C’est également le cas du pianiste Lukas Geniušas, qui confiait avant un concert à l’Orchestre de Paris en septembre son « soulagement de ne pas avoir eu à travailler pendant le confinement » et a assuré se sentir « bien plus frais et dans de meilleures dispositions pour se remettre au travail ».

Rémi Monti

Retrouvez l’actualité du Classique