François Mitterrand et son dernier amour, Claire, une étudiante de 18 ans

Jacques PAILLETTE /Wikimedia commons

Le Dernier secret, édité chez Grasset, c’est le livre dont la presse parle ce matin, celui qui raconte le dernier amour de François Mitterrand. Le Monde publie les bonnes feuilles de l’ouvrage de la journaliste Solenn de Royer qui raconte la rencontre de François Mitterrand en 1984 avec Claire une étudiante de 18 ans. Il en a 68 a l’époque.

François Mitterrand l’appelle chaque matin et laisse des messages sur son répondeur

Cet amour va durer 12 ans. Elle est issue d’une famille de droite, étudiante, absolument pas familière des cercles du pouvoir. Mais en 1984, elle s’amourache comme une fan, et suit le président dans tous ses meetings. Il finit par la repérer. La relation amoureuse se noue en 1988, elle invite le président dans son appartement de la rue du Four. Ils se téléphonent tous les jours. Elle a 22 ans cette fois, lui 72. Et ca ressemble pour elle a une passion folle et pour lui au printemps en hiver, il aime, et s’en amuse. Elle souffre et le persécute.

A lire aussi

 

Le Monde rapporte ainsi des conversation hallucinante entre une jeune fille capricieuse et celui qui doit gérer à l’époque l’effondrement du mur de Berlin et la recomposition de l’Europe. N’empêche, chaque matin il l’a réveille d’un coup de fil, il sait tout de son emploi du temps. Quant elle n’est pas là, Mitterrand lui laisse des messages sur son répondeur. Elle a gardé les cassettes comme des reliques.

 

« Mais je t’ai vue plus longtemps que Lech Walesa ! » « Si vous croyez que ça me flatte… »

On peut ainsi lire dans le Monde ce genre d’échanges entre le président et l’étudiante : « Tu ne veux pas admettre que cette histoire est extraordinaire ? », lui lance-t-il.  « L’admettre, ce serait renoncer », répond-elle.  Et il se chamaille, elle se plaint de ne le pas voir assez : « mais tu te rends compte de la façon dont tu me parles ! » fait semblant de s’indigner le président. « Tu es impossible à la fin ». « On ne se voit jamais », lui reproche-t-elle. « Mais je t’ai vue plus longtemps que Lech Walesa ! ». « Si vous croyez que ça me flatte… Quittez-moi ! » lâche-t-elle. « Pourquoi moi ? » lance-t-il. L’étudiante répond : « parce que j’en suis incapable, il faut qu’on arrête c’est trop difficile ». « C’est bien d’avoir tenté l’impossible » conclut-il. Incroyable échange ressurgi du passé entre deux amants que 50 ans séparent. Puis la relation va s’user quand les drniers secret de François Mitterrand sortiront dans la presse. La maladie, l’usure du pouvoir jusqu’à la mort du président en 1996.

David Abiker

Retrouvez la Revue de presse