Emmanuel Macron fragilisé après le large rejet de la candidature de Sylvie Goulard

Nicolas Bay était l’invité de Renaud Blanc ce vendredi 11 octobre 2019, à 8h15. L’eurodéputé estime que le retoquage de Sylvie Goulard à Bruxelles fragilise et isole Emmanuel Macron sur la scène européenne.  Il a par ailleurs expliqué que la France « aurait dû maintenir un partenariat privilégié avec la Syrie » pour lutter contre les djihadistes qui vont sortir renforcés de l’offensive d’Ankara dans le nord-est syrien.

Sylvie Goulard : Emmanuel Macron fragilisé et isolé sur la scène européenne après le retoquage de sa candidate.

Pour Nicolas Bay, « les députés européens ont pris leurs responsabiltés ». Après le large rejet de Sylvie Goulard au poste de commissaire au Marché intérieur, Nicolas Bay estime que le chef de l’Etat français qui l’a soutenue en sort « isolé » sur la scène européenne et qu’il a « fragilisé la France ». L’ancienne député européenne étant sous le coup de deux enquêtes, Nicolas Bay a déclaré que Sylvie Goulard a eu l’occasion de s’expliquer et de répondre aux questions en commission des députés RN Thierry Mariani  et Virginie Joron :  « Elle n’a pas apporté de réponses ni claires et ni convaincantes ». Nicolas Bay explique par ailleurs que le rejet s’explique également parce que « sa compétence est en cause » : « on l’a interrogé sur des points très précis qui relevaient directement de son porte-feuille, comme l’affaire du dieselgate, elle ne savait pas répondre. Elle a montré des défaillances ». 

 

 

Kurdes : Une attaque turque contraire aux intérêts français car elle renforce les djihadistes

« Ce que fait la Turquie ne correspond absolument pas à nos intérêts puisque leur action au Kurdistan va aboutir à renforcer les islamistes » a déclaré Nicolas Bay. Il estime que la France « aurait dû conserver un vrai partenariat privilégié militaire et diplomatique avec la Syrie » qui est en train de « gagner militairement sur le terrain et d’anéantir les groupes islamistes ». L’eurodéputé RN a enfin mis en cause la Turquie dans sa gestion des flux migratoires :  » La turquie empoche 5,6 milliards d’aides européennes pour prétendument maitriser les flux migratoires, ce qu’elle fait très mal, et éviter qu’on ait des djihaidtes qui revient sur le sol européen. »

 

 

Arthur Barbaresi 

 

Plus d’articles de l’invité politique de Guillaume Durand