Attaque à la préfecture de Paris : « On ne trouve pas vraiment d’éléments probants pour parler de parcours de radicalisation »

Eric Poulliat, député girondin LREM, était l’invité de Renaud Blanc ce vendredi 4 octobre 2019, à 8h15. Au lendemain de l’attaque de la préfecture de Police à Paris, le co-rapporteur de la mission d’information sur la radicalisation dans les services publics a expliqué qu’il n’y avait aucun « élément probant » dans le parcours de l’assaillant pour parler de parcours de radicalisation.

 

Préfecture de police de Paris : Eric Poulliat préconise le recours à l’enquête administrative pour opérer un criblage des agents publics.

« On ne trouve pas vraiment d’éléments probants pour parler de parcours de radicalisation » a déclaré ce matin le député de Gironde LREM à propos de l’assaillant de la préfecture de Police de Paris. Le co-rapporteur de la mission d’information sur la radicalisation dans les services publics a expliqué qu’il y avait actuellement un tout « petit nombre de personnes suspectées » pour des cas de radicalisation parmi les forces de police  : « On n’est à une trentaine de personnes suspectées, et suspectées ne veut pas dire radicalisées pour 300 000 fonctionnaires. ». Il ajoute : Et encore sur ces 30, on ratisse large.  Eric Poulliat préconise donc le recours à l’enquête administrative pour opérer « un criblage » des agents publics. Ce criblage se fait à partir des fichiers de sécurité, notamment le fichier S, afin d’obtenir un panorama des parcours et repérer des cas d’incompatibilité . 

 

Le combat contre la radicalisation est permanent. Il n’est jamais définitivement gagné. On le gagne quand il n’y a pas de passage à l’acte. 

 

 

Arthur Barbaresi