Education : quel est le niveau de la France en mathématiques ? – Journal Imprévisible

Le classement Pisa, qui évalue les compétences des élèves de 15 ans en sciences, en mathématiques et en compréhension de l’écrit a été dévoilé ce matin. Depuis 2000, cette étude, publiée tous les trois ans, permet de savoir quel est le niveau des jeunes Français, comparé à 78 autres pays. La France est loin de faire partie de l’élite, notamment en mathématiques.
Renaud Blanc vous en parle dans son Journal Imprévisible.

 

La Chine et Singapour en tête du classement

L’Asie est une nouvelle fois en tête du classement Pisa, alors que la France est à peine au-dessus de la moyenne des pays riches et que le poids de l’origine sociale pèse dans la réussite scolaire des petits Français. Cette étude est basée sur un échantillon de 600.0000 jeunes de 79 pays et territoires de l’OCDE, représentant 32 millions d’élèves. Les politiques français s’en sont emparés.

Ecoutez le Journal Imprévisible de Renaud Blanc

 

 

Pisa : l’Estonie, la Pologne et le Portugal en forte progression

Eric Charbonnier, de l’OCDE a expliqué à l’Agence France Presse que « dans de nombreux pays asiatiques, l’éducation des enfants est la priorité numéro 1, les enseignants suivent des formations de qualité et on décide d’investir dans les établissements en difficulté ». En Corée du Sud, pays bien classé, « les enseignants sont très valorisés dans la société et leurs salaires y sont très attractifs », poursuit-il. Certains experts estiment que les mathématiques doivent être enseignés de façon plus concrète, et que les élèves français doivent travailler davantage.

Depuis le dernier classement Pisa, certains pays ont beaucoup progressé, dont l’Estonie, la Pologne et le Portugal. Selon l’OCDE, ils ont mis l’accent sur la formation des enseignants et la revalorisation du métier.

 

OCDE : « la formation des professeurs français doit être revue »

La France est l’un des pays participant à l’étude, où les élèves déclarent percevoir le moins de soutien de la part de leurs enseignants. Seuls 57% déclarent que leurs professeurs semblent s’intéresser en général aux progrès de chaque élève, contre une moyenne de 70 % des élèves dans les pays de l’OCDE. Les gouvernements et les politiques sont très vigilants à ce classement, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, défend une politique « sur le long terme ». Dans les colonnes du Figaro, il estime que sa politique est «cohérente» avec les enseignements de Pisa.

 

 

De son côté, Nicolas Dupont Aignan, président de Debout la France, qui dénonce « une jeunesse sacrifiée par des décennies de méthodes pédagogistes absurdes »

 

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique