Découvrez celle qu’on surnomme « la petite-fille de Pavarotti »

Sislena Caparrosa, une jeune dominicaine, a marqué les esprits pour avoir brillamment chanté à la télévision espagnole le « Nessun dorma » de Puccini. Il n’en fallait pas moins pour qu’on la présente comme la « petite fille » de son plus célèbre interprète, Luciano Pavarotti. Une de plus…

 

L’interprétation de la jeune fille a vivement ému le public

On ne les compte plus. Luciano Pavarotti et son iconique interprétation du « Nessun dorma » de Giacomo Puccini ne cessent de faire des émules. Sa prestation, offerte pour la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football de 1990, est restée dans les annales.

 

à lire aussi

 

L’envie de l’imiter s’avère donc grande, pour les apprentis chanteurs participants à des émissions de télé-crochets. Une tentation, à laquelle la jeune Sislena Caparrosa, 15 ans au moment de l’enregistrement du programme, n’a pas résisté. La soprano est parvenue à gagner la foule et à faire couler les larmes des jurés.

 

 

Luciano Pavarotti avait la réputation d’être un coureur de jupons

Une prestation télégénique réussie, qui a suffi à certains pour voir en elle la véritable « petite-fille » de Luciano Pavarotti. Or, il s’avérerait que la demoiselle née en République Dominicaine soit la descendante d’une mère chanteuse et d’un père trompettiste. La presse anglosaxone n’hésite pourtant pas passer à la forme affirmative, ce que d’autres maintiennent, prudemment, au stade de la rumeur.

 

à lire aussi

 

Sans doute les observateurs ont pris trop vite le talent de la jeune fille pour la preuve d’une descendance ; hypothèse opportune pour expliquer sa puissance vocale et le choix de sa chanson. La réputation de coureur de jupon de Luciano Pavarotti aidant peut-être aussi…

 

 

 

Une autre enfant, de 12 ans, avait déjà été apparentée à Pavarotti en 2018

Un cas, qui constitue un précédent ; premier d’une liste qui ne fait que s’allonger. En 2018, une enfant de 12 ans, de passage sur le petit écran, s’est aussitôt vue trouver une place sur l’arbre généalogique du chanteur italien. Et il aura suffit, pour cela, à la petite María Cristina Craciun d’interpréter la chanson de Lucio Dalla, Caruso, plusieurs fois reprise par Pavarotti.

 

 

Avoir reçu un don du ténor mondialement connu ne peut être la seule explication possible pour posséder une admirable voix et oser s’inscrire dans ses pas. A moins de céder à l’irrationalité et de voir dans son sang, un peu de celui de Prométhée…

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique