Coronavirus : qui est le patient zéro en France ? – La Revue de Presse de David Abiker

Qui est le premier Français infecté par le coronavirus, quel a été son parcours ? Comment est-il arrivé en France ? Et qui a-t-il contaminé à son tour ? Une enquête qui se lit comme un polar dans le Monde.

 

Le « patient zéro » a-t-il été infecté dans l’avion qui a rapatrié 193 Français travaillant à Wuhan ?

L’enquête commence comme ceci : « le 31 janvier, un Airbus A340 de l’armée de l’air française décolle de l’aéroport de Wuhan-Tianhe, en Chine. Objectif : rapatrier des ressortissants français de cette ville industrieuse et tentaculaire de 11 millions d’habitants, épicentre de l’épidémie de Covid-19. Dans l’appareil se trouvent 193 civils : des Français travaillant à Wuhan, mais aussi quelques fonctionnaires du centre de crise du Quai d’Orsay. Ils sont encadrés par dix-huit soldats.

 

A lire aussi

 

D’ordinaire, ces militaires sont basés à Creil, dans l’Oise, au nord de Paris dans lieu ultrasécurisé située à quelques kilomètres de Senlis et de l’aéroport de Roissy, cette abrite également la direction du renseignement militaire, la très secrète DRM. Pas tout à fait Le Bureau des légendes, mais presque. L’individu qui a contribué, bien involontairement, à diffuser la maladie dans ce département d’environ 825000 habitants se trouvait-il à bord de cet appareil ou bien ce « patient zéro » avait-il été infecté auparavant, et ailleurs ? » Le Monde a remonté le fil de cet épisode épidémique qui a emporté le premier patient français, le 25 février, alors que le pays ignorait encore ce qui l’attendait.

 

La Grèce résiste bien à l’épidémie de coronavirus

Et puis le Grec préféré des Français Nikos Aliagas poste ce matin sur twitter un article du Corriere Della Serra traduit par courrier international : Pourquoi la Grèce résiste-t-elle si bien à l’épidémie ? 1832 contaminés et 81 décès au 7 avril ? Parce qu’elle a pris des mesures de confinement avant tout le monde ! Le premier cas de contamination en Grèce est daté du 27 février, si jours après le premier cas italien. Sauf que la Grèce n’a pas attendu et fermé immédiatement ses écoles, bloqué les arrivées de bateaux de croisière étrangers suspects et mis en place la distanciation sociale.

 

David Abiker