Coronavirus : L’Italie touchée par l’épidémie – la revue de presse de David Abiker

« Lyon face au Coronavirus » titre le Progrès. Car l’Olympique Lyonnais accueillera la Juventus de Turin dans un contexte particulier avec l’arrivée du virus en Italie.

 

L’explosion du coronavirus rouvre la question taboue des frontières, selon Cécile Cornudet des Echos

Le match n’est pas remis en question et encore moins le déplacement des supporters italiens à Lyon, nous dit l’Equipe. Pourtant, « l’Italie fait peur » c’est la une du Midi Libre, « Italie la Grande peur » c’est aussi la une du Républicain Lorrain alors que le Courrier Picard s’interroge sur l’impact du virus sur le secteur sportif.

 

A lire aussi

 

L’impact est d’abord politique si l’on en croit les éditorialistes. Ainsi dans Les Echos, Cécile Cornudet nous explique comment les politiques exploitent déjà la peur de la contagion : « L’explosion du coronavirus vient de rouvrir la question taboue des frontières, comme cela avait été le cas lors de la crise migratoire de 2015. Après Matteo Salvini en Italie, plusieurs voix se sont exprimées en France pour souhaiter pragmatisme et contrôles aux frontières (…). On isole, on confine, on met un masque, bref on met une frontière entre soi et la maladie. La politique ne connaît pas la quarantaine ».

 

Laurent Joffrin de Libération demande un niveau de contrôle plus élevé face au coronavirus

Dans Libération Laurent Joffrin pointe « cet opportunisme des droites dures dès qu’il s’agit de mesures régaliennes. Ainsi Marine Le Pen ou Eric Ciotti, spécialistes reconnus du coronavirus et des pandémies, exigent des contrôles serrés aux frontières pour prévenir l’intrusion de porteurs du virus en France. Peut-être pourrait-on, pour une fois, accorder un minimum de confiance aux médecins, aux chercheurs et aux fonctionnaires, de manière à conserver le sang-froid sans lequel toute lutte devient erratique et désordonnée ».

 

A lire aussi

 

N’empêche, dans le Midi Libre Jean-Michel Servant s’étonne « Aucun contrôle aux frontières ni dans les aéroports. Alors que l’Italie du nord se barricade, la France a choisi de laisser son espace grand ouvert. Une confiance qui pourrait toutefois montrer rapidement ses limites. Déjà sous pression, les centres hospitaliers auront du mal à absorber un afflux important de malades. Sans tomber dans la psychose, un niveau de contrôle un peu plus élevé ne nous ferait donc pas de mal ». Comme dirait l’autre, la confiance n’exclut pas le contrôle.

 

SOS Racisme lance une campagne contre les préjugés anti-asiatiques

En tout cas le virus fait parler sur les réseaux sociaux. Le Parisien-Aujourd’hui en France s’intéresse au rôle des réseaux dans le partage d’information vraies ou fausses sur le virus. Et le journal cite cette Américaine complètement flippée « Quand je regarde mon fil Facebook, j’ai du mal à croire que les gens puissent parler de trucs normaux alors que je pense au coronavirus 24 heures sur 24. » Liz est membre d’un groupe anglophone exclusivement consacré au coronavirus et qui compte 46.000 personnes. C’est beaucoup surtout pour partager ses angoisses ou diffuser des rumeurs ou des théories du complot « c’est une arme biologique, réveillez-vous ». Certains membres de ces groupes font des provisions et stockent des vivres.

 

A lire aussi

 

On est en plein film de science-fiction. Il y a le virus des Fakes News mais également celui du racisme anti-asiatique qu’entend combattre SOS Racisme qui lance une campagne contre les préjugés. Avec quelques exemples comme celui de Jimmy, étudiant de 24 ans, qui dès qu’il s’assoit dans le métro voit ses voisins enfoncer le nez dans leur écharpe. Chen, chercheuse chinoise installe en France confie au Parisien n’avoir jamais eu autant de place dans le Transilien. Dans les cours de récré ça peut être plus violent rapporte le journal qui évoque le cas dans le Val-de-Marne d’une fillette qui a fondu en larme parce que ses camardes l’appelaient virus. Sur Twitter c’est encore plus fréquent et plus violent comme cette ado qui déclare « je vois un chinois j’ai peur je change de trottoir ».

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique