COP26 : La Chine et les Etats-Unis veulent se tourner davantage vers les énergies renouvelables

istock

La COP26 entame aujourd’hui sa deuxième semaine de négociations. Il faudra trouver un accord d’ici la fin de semaine ou le week-end prochain. Dans ces pourparlers, deux acteurs jouent un rôle majeur : la Chine et les Etats-Unis.

La Chine et les Etats-Unis représentent à eux deux plus de 40% des émissions mondiales de gaz à effet de serre

Les deux pays affichent des ambitions mais restent aujourd’hui très dépendants des énergies fossiles et sont donc deux gros pollueurs. Pour les USA, après la présidence Trump, Joe Biden mise beaucoup sur son grand plan d’investissement consacré notamment à la transition énergétique qui pourrait être voté dans les prochaines semaines. Francis Perrin, directeur de recherche à l’IRIS, l’Institut de relations internationales et stratégiques : « cela serait un pas important pour financer par exemple le développement des véhicules électriques, la construction de station de recharge ou encore inciter les entreprises à aller dans le sens de la transition énergétique. On parle de dépenses sur l’énergie et le climat pouvant représenter 500 milliards de dollars mais il faut d’abord attendre le vote du parlement américain ».

A lire aussi

 

Les Etats-Unis se sont engagés à réduire leurs émissions de 50% en 2030. La semaine dernière à Glasgow, ils ont signé un accord pour mettre fin au financement des énergies fossiles à l’étranger. Reste que sur la scène nationale, les Etats-Unis sont toujours aujourd’hui, les premiers producteurs mondiaux de pétrole et les deuxièmes producteurs de gaz et de charbon. « Joe Biden va investir pour développer les énergies renouvelables. Ces énergies vont donc monter en puissance dans les années qui viennent. De là à pouvoir organiser le déclin des énergies fossiles qui sont ultra dominantes aux USA, évidemment cela sera difficile, long et le projet se heurtera à des oppositions » clame Francis Perrin.

La Chine s’est engagée sur la scène internationale à la neutralité carbone en 2060

La Chine elle, reste très dépendante du charbon qui représente encore 65% de son mix électrique. Les Chinois ont même relancé ces dernières semaines des centrales pour répondre à la demande énergétique alors même que le pays s’est engagé sur la scène internationale à la neutralité carbone en 2060. Selon Cédric Philibert, spécialiste de l’énergie, ancien de l’Agence internationale de l’énergie : « la tendance à long terme est d’aller vers beaucoup de renouvelable et la Chine n’est pas en reste de ce point de vue-là ».

A lire aussi

 

Alors la Chine joue-t-elle un double jeu ? Pas vraiment selon Cédric Philibert, le pays investit toujours autant dans les énergies renouvelables :« A Pékin, 1 bus sur 2 est 100 % électrique et sur l’énergie solaire et l’éolien le pays n’est pas du tout en retard. C’est un centre très important des énergies renouvelables. La Chine n’est pas en arrière de la main et elle cherche à se défaire de cette dépendance au charbon ».

Baptiste Gaborit

Retrouvez 3 minutes pour la planète