Confinement : Comment les professeurs ont-ils géré l’enseignement à distance ?

Les professionnels de l’Education font la Une de La Croix, du Figaro et du Parisien, qui à 3 semaines des vacances d’été s’interroge : à quand le vrai retour à l’école ? Car l’étude du professeur et pédiatre Robert Cohen a révélé que les enfants étaient peu contagieux, lorsqu’ils sont porteurs du coronavirus.

 

22% des élèves sont revenus à l’école, selon le Figaro

Le Figaro, lui, pose la question d’une rentrée en septembre, une rentrée qui pourrait réinventer l’Ecole et donner à l’Education Nationale et son Ministre l’occasion de reprendre l’initiative avec de nouvelles méthodes pédagogiques. Sauf qu’avant de réinventer, il faut regarder en face deux chiffres publiés par le Figaro et le Parisien. Le premier c’est que 22 % des élèves sont revenus à l’école depuis le 11 mai. Le second chiffre dans le Parisien-Aujourd’hui en France c’est que 35 à 40 % des profs n’ont pas repris le travail. C’est le fiasco dont La Croix ose parler avec une immense prudence, la Croix qui questionne l’engagement des enseignants. « Une rentrée en pointillés pour les profs » titre la Croix.

 

A lire aussi

 

Alors évidemment, c’est un sujet sensible, parce qu’il n’est pas question de critiquer les enseignants mais tout de même, la Croix ose avec ses mots écrire à la Une ceci : « La crise sanitaire a jeté une lumière crue sur les disparités des pratiques enseignantes ». Et le quotidien de décrire les fameuses disparités. Il y a cette enseignante qui dès le confinement a donné presque plus de travail à ses élèves qu’en temps normal, les a réunis en classe virtuelle deux fois par jours pour le français et les maths, quand une autre en CM1 n’a pas programmé le moindre enseignement virtuel ni cherché à établir un contact direct avec les enfants.

 

 

La Croix parle de sidération des professeurs face à l’enseignement à distance

Nombre de professeur se sont ainsi contenté d’adresser du travail par mail, une ou deux fois par semaine sans exiger des élèves une restitution. La Croix cite également l’étude sur les pratiques d’enseignements en confinement, certains professeurs d’ordinaire excellents se sont trouvés démunis face à l’enseignement à distance, La Croix parle de sidération, de décrochage partiel quand la grande majorité des profs a réussi, je cite la rectrice de Montpellier, à renforcer les liens avec leurs classes.

 

Réécoutez l’intégralité de la Revue de presse de David Abiker

 

Néanmoins il reste encore un gros effort de formation à faire puisque selon la secrétaire générale du principal syndicat enseignant du second de degré, les enseignants n’était tout simplement pas près. Et il y a dans le Figaro une phrase très intéressante qu’on doit au porte-parole de la Peep, Hubert Salaün : « le numérique n’est pas la solution, c’est un mot magique qui donne trop vite l’impression aux politiques qu’ils sont intelligents ».

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique