Clôture du Grenelle contre les violences conjugales : reportage à Créteil auprès d’une victime

Le gouvernement clôture ce lundi 25 novembre le Grenelle contre les violences conjugales.
Après trois mois de travaux, les onze groupes de travail ont rendu leurs conclusions et présenté une quarantaine de mesures pour mieux lutter contre ce phénomène.
Depuis le début de l’année, plus de 130 féminicides ont été recensés.
Un reportage au Palais de Justice de Créteil d’Eric Kuoch.

 

« Est-ce que le juge va comprendre pourquoi je réponds parfois au téléphone ? »

Une partie des dispositifs sera mise en place dès maintenant, le reste passera par l’inscription dans la loi, via un texte qui sera voté en janvier 2020.
Dans les cas de violences conjugales, l’un des outils proposés aux victimes est « l’ordonnance de protection ». Une procédure civile, déposée auprès d’un Juge aux Affaires Familiales.
Cette mesure d’urgence oblige l’auteur des violences à ne pas se rapprocher de sa victime.
Cet éloignement peut éventuellement favoriser l’engagement de procédures pénales.
Un moyen d’action que le gouvernement souhaite muscler, pour que les décisions soient rendues plus rapidement, mais aussi pour qu’il soit accepté dans davantage de cas.

 

Ecoutez le reportage d’Eric Kuoch au tribunal de Créteil.

 

Nouvelles circonstances aggravantes en cas de suicide d’une victime

Ce plan de lutte contre les violences conjugales s’appuie sur les aspects juridiques :

Edouard Philippe promet de « mieux définir dans notre droit ce que recouvre [ce] terme ». Les auteurs seront sous le coup d’une « nouvelle circonstance aggravante dans le cas de harcèlement ayant conduit au suicide ou à une tentative de suicide ».
La notion d’« emprise » psychologique, qui « prépare souvent la violence physique », selon le premier ministre, sera inscrite dans la loi.
Lors d’un discours à Matignon, en présence d’une douzaine de ses ministres, Edouard Philippe a assuré que « les financements sont là ».
L’an prochain, plus d’un milliard d’euros seront consacrés à l’égalité entre les hommes et les femmes. « Dans le cadre de cette somme, nous dédierons 360 millions à la lutte contre les violences faites aux femmes », a précisé le chef du gouvernement, en clôture du « Grenelle des violences conjugales », lancé début septembre.

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique