Brexit : les Britanniques « en tireront un grand avantage » assure Nicolas Dupont-Aigan

Le président de Debout La France était l’invité de Renaud Blanc ce vendredi 31 janvier 2020, à 8h15. Alors que la Grande Bretagne quitte ce soir à minuit l’Union européenne, le député de l’Essonne estime « qu’aujourd’hui les Anglais sont libres » (…) ils ont compris ce qu’était la mondialisation ». Il voit dans le brexit l’occasion pour l’Europe de se réorganiser.

 

Brexit : « Ce ne sera pas le chaos qu’on nous a annoncé pendant 3 ans »

Nicolas Dupont-Aignan s’est réjoui ce matin du Brexit en en soulignant les bénéfices : « Les Anglais ne vont pas être empêtrés dans une Union européenne bureaucratique. Ils vont maitriser leur frontière. Ils vont économiser 10 milliards par an qu’ils vont investir dans autre chose ». Le départ des Britanniques de l’Union européenne offre selon lui la possibilité d’une « renégociation des traités » européens pour mettre en place une « Europe des coopérations » . Et d’ajouter : « ce ne sera pas le chaos qu’on nous a annoncé pendant 3 ans ». 

 

Coronavirus : Nicolas Dupont-Aignan souhaite que le « gouvernement soit un peu plus proactif sur le dossier »

« Si on veut éviter une catastrophe sanitaire en Europe, il faut tout faire pour que les personnes qui arrivent de Chine, pas seulement de la région de Wuhan, soient tracées pour pouvoir être confinées » estime Nicolas Dupont-Aignan. Le président de Debout La France appelle l’exécutif à être « plus proactif sur le dossier »  et regrette un « retard à l’allumage » des autorités françaises.

 

Marine Le Pen : « On ne doit pas choisir la candidate qui fera gagner Macron » déclare Nicolas Dupont-Aignan

Selon Nicolas Dupont-Aignan, 72% des Français ne veulent pas d’un duel Macron – Le Pen » pour le second tour des prochaines élections présidentielles. Alors que Marine Le Pen a déjà annoncé sa candidature pour 2022, Nicolas Dupont Aignan souhaite organiser des primaires ‘patriote et républicaine’ en 2021.  Un rendez-vous qui permettrait « de discuter de choix majeurs devant les Français qui votent pour nous » explique le député de l’Essonne. Opposé à l’actuelle réforme des retraites, il étrille la contre-proposition de la présidente du Rassemblement national qui préconise un départ à la retraite à 60 ans : « Je crois que si les patriotes veulent gagner face à Macron : ils doivent avoir un programme crédible (…) Je propose la retraite à 62 ans »

 

Arthur Barbaresi 

 

Retrouvez les interviews politiques