Affaire Mila : « Je n’avais pas à dire ça, c’est sûr » reconnait Nicole Belloubet

Au lendemain de la polémique suscitée par ses propos sur l’Affaire Mila, la Garde des Sceaux, invitée sur Radio Classique, fait machine arrière et affirme qu’on « ne rétablit pas le blasphème, il n’y a aucun doute ». « On a le droit de critiquer une religion, il n’est pas question de revenir là-dessus » poursuit Nicole Belloubet qui reconnait « une erreur de formulation. »  

 

Affaire Mila : « On a le droit de critiquer, on n’a pas le droit de menacer »

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a été accusée mercredi de vouloir légitimer le délit de blasphème en déclarant que l’insulte contre une religion constituait « une atteinte à la liberté de conscience ». La garde des Sceaux s’exprimait sur Europe 1 sur l’affaire Mila, du nom de cette adolescente de l’Isère qui a dû être déscolarisée après avoir été menacée de mort sur les réseaux sociaux en raison de propos hostiles à l’islam. Elle reconnait sur Radio classique « une erreur de formulation » :  » la phrase prise en tant que telle est une erreur. Il n’y a aucun doute là-dessus.  » Et d’ajouter : on ne peut pas en France être menacé de mort ou insulté pour la liberté d’expression ». 

 

Retraites des avocats : « On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de dialogue » assure Nicole Belloubet

Alors que les robes noires entrent dans leur troisième semaine d’une grève dure contre la réforme des retraites,  la ministre de la justice assure que le dialogue existe et qu’elle rencontre souvent les représentants de la profession. Nicolas Belloubet affirme que le nouveaux système universel des retraites apportera « des élément positifs pour tout le monde, y compris pour les avocats ». Elle explique notamment qu’il y aura notamment une hausse des pensions. Alors que le projet de réforme prévoit notamment de doubler les cotisations retraite (de 14 à 28%) pour les avocats gagnant moins de 40.000 euros par an, la ministre que « cette hausse des cotisations est très largement compensée par une baisse des cotisations hors retraites ». 

 

Arthur Barbaresi 

 

Retrouvez les interviews politiques

 

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview en video :