Municipales à Paris : « Libre je suis, libre je reste » proclame Cédric Villani

A quelques heures de son exclusion de LREM, Cédric Villani récuse le terme de « divorce » avec le président de la République et garde en mémoire le travail qu’il a pu accomplir au sein d’En Marche. Le député de l’Essonne assure par ailleurs que « ce ne sont pas les partis qui vont faire cette élection. »  Et d’ajouter :  » ce qui compte, c’est parler projet » 

 

Municipales : « Parlons projet, parlons fond » demande Cédric Villani

« Cette campagne doit se concentrer sur le fond » insiste Cédric Villani. Interrogé sur d’éventuelles alliances, le député de l’Essonne répond que cette question « met de la confusion dans l’esprit de la campagne (…) et obscurcira le message par rapport au projet ». Alors que le bureau exécutif de La République en Marche devrait prononcer ce soir l’exclusion du mathématicien, Cédric Villani déclare  : « je me souviens des combats que j’ai portés dans la suite de l’élection de 2017 et j’en suis fier »  (rapport sur l’intelligence artificielle, reconnaissance de la responsabilité de la France dans la mort du mathématicien communiste algérien Maurice Audin). A propos de la bataille des municipales, le candidat à la mairie de Paris précise qu’il ne s’agit pas « juste d’une conquête » : « il ne s’agit pas de remplacer une équipe par une autre, il s’agit de changer de méthode : de faire en sorte que la ville soit gouvernée enfin avec rigueur, rationalité et démocratie pour se préparer aux grands défis de demain »

 

« Je souhaite être le premier maire véritablement écologiste de Paris »

Cédric Villani propose un plan d’investissement de 5 milliards d’euros pour la transition écologique qui comprendra un plan de « mobilité apaisée ». « Le bon chemin, c’est d’agrandir Paris » assure le prétendant à l’Hôtel de Ville pour remédier à la congestion du trafic dans la capitale. « Nous avons besoin de places de parking en sous-terrain et à l’extérieur de Paris » explique-t-il. Il rappelle que la capitale s’est agrandie par vagues successives et que son élargissement à ses communes limitrophes (Courbevoie, Montreuil…) serait une manière de « renouer avec le sens de l’histoire » 

 

Arthur Barbaresi 

 

 

Retrouvez les interviews politiques