Brexit, européennes, environnement : Michel Grossiord nous en dit plus dans sa Revue de Presse

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

La revue de presse… Un poste très exposé : premier ministre !

Premier, première ministre, même fragilité, même si Theresa May a une longueur d’avance sur Edouard Philippe !
La chute de la première ministre britannique semble chose acquise pour Le Figaro et Le Monde : elle fera les frais des extravagantes élections européennes qui se tiennent aujourd’hui en Grande-Bretagne (avec le fiasco annoncé du Parti conservateur)
En France, le départ du premier ministre est loin d’être actée, même si le Rassemblement national arrive en tête dimanche soir. Derniers échos de ce qu’Emmanuel Macron trame pour l’après-26 mai dans un instant, mais restons d’abord en Grande-Bretagne…

En Grande-Bretagne, c’est toujours la folie qui l’emporte !

La folie s’est emparée de la scène politique, constate Le Figaro… Au milieu du chaos qui paralyse le pays depuis des mois, c’est le Parti du Brexit de Nigel Farage (à peine créé) qui triomphe dans les sondages… Nigel Farage, l’homme qui n’a jamais lésiné sur l’outrance et les accommodements avec la réalité, rappelle Arnaud de La Grange…
Son portrait, cinglant, dans Les Echos : le pitoyable Farage qui avait sciemment menti notamment sur les soi-disant bénéfices du Brexit est à nouveau porté en triomphe. « Messieurs les Anglais, tirez-vous les premiers »…

Le Brexit associé, selon la presse, à la faillite de British Steel qui plonge une nouvelle fois les salariés d’Ascoval à Saint-Saulve dans l’angoisse…

« L’espoir laminé à froid » : La Voix du Nord exprime sa sympathie pour les quelque 280 salariés du site nordiste ballotés depuis plusieurs années… Il leur faut des nerfs en acier. A croie qu’ils sont maudits, ajoutent Les Echos qui évoquent aussi les difficultés en Angleterre : 5.000 emplois direct (20.000 indirects) menacés dans le nord-est du pays en raison des incertitudes liées au Brexit qui auraient fait fondre le carnet de commandes…

En France, l’enjeu des Européennes semble être le classement à l’issue du scrutin…

Qui du Rassemblement national ou de la liste macroniste arrivera en tête ?
Est-ce la bonne interprétation de ce vote ? C’est « croquignolesque » pour le politologue Jérôme Jaffré dans Le Figaro car on va dimanche soir comparer les résultats avec les sondages… Ce qui pourrait aboutir à des choses aussi ridicules que de présenter les socialistes comme bénéficiaires du scrutin si la liste Glucksmann parvient à dépasser les 5% alors que ce serait le plus bas score de leur histoire depuis un demi-siècle…
Si Les Républicains dépassent les 15%, cela apparaîtrait comme un succès, alors que le score serait nettement en dessous de leurs contre-performances de 2017…

Et que dit Jérôme Jaffré de la liste macroniste ?

Il l’imagine crier à sa relégitimation si elle dépasse le Rassemblement national, alors même qu’elle niera toute délégitimation si elle se trouve devancée…
En tout cas, les deux hypothèses font déjà l’objet de savants calculs politiques…
Emmanuel Macron imagine, lit-on dans Le Figaro, un nouveau parti à côté d’En Marche pour accueillir la gauche Macron-compatible (autour de ministres de gauche).
Mais la grande question est : la bataille de Matignon aura-t-elle lieu ?
Elle a commencé, avance Le Parisien.
Un grand remaniement (en cas de deuxième place trop lointaine dimanche soir) conduira t-il au remplacement d’Edouard Philippe…

Déjà des noms ?

Jean-Yves le Drian est l’homme de la situation, plaide un macroniste.
L’atout Blanquer est évoqué.
Il y a aussi la carte femme, avec… Muriel Pénicaud qui serait en campagne. « Elle essaie de devenir plus généraliste », sourit un ministre.
Le Parisien raconte que la ministre du Travail a bondi récemment lors d’un meeting en entendant Edouard Philippe vanter l’action de Nathalie Loiseau du temps où elle était au gouvernement sur le dossier des travailleurs détachés…
« C’est moi qui ai tout fait ! » s’est exclamée Muriel Pénicaud, suffisamment fort pour que le premier ministre interrompe son discours…
Edouard Philippe en sursis ? A ce stade, avance Cécile Cornudet des Echos, son maintien (il a montré sa loyauté, sa capacité à résister) est le scénario qui tient la corde. Notre consoeur d’ajouter : « Lui-même tente d’avoir la tête du changement, si tant est que ce soit possible ».
Si ça se joue aussi sur le physique…

L’environnement s’impose comme thème primordial de campagne… A ce sujet, des Unes qui nous alertent comme chaque jour ou presque…

La Voix du Nord vante les plages du nord, lançant un « Ca va mieux » au sujet des eaux de baignade…
Mais ça ne va pas mieux, dans aucune mer, pour la pollution au plastique…
Les Dernières nouvelles d’Alsace, Le Dauphiné libéré s’alarment pour les océans, alors que le Bien Public souligne que les fleuves sont aussi en péril…
La Méditerranée est la mer la plus polluée au monde, lit-on dans La Provence, elle suffoque sous les déchets plastiques…
On retrouve dans La Provence comme dans Libération Jean-françois Ghiglione, directeur de recherche au CNRS. Il confirme ce qu’explique le magazine Challenges : recycler ne suffira pas : le monde doit bouleverser ses modes de consommation face au désastre écologique.
Un exemple : un cachalot échoué sur les côtes de Sardaigne avait 22 kg de plastique dans l’estomac…

 

Michel Grossiord

 

Plus de Revue de Presse de Michel Grossiord