Biodiversité : L’efficacité des aires protégées sera évaluée par une « liste verte » de l’UICN

Le congrès mondial de la nature, organisé par l’UICN, se tiendra à Marseille du 3 au 11 septembre. Un des sujets abordés lors du congrès sera l’efficacité des aires protégées qui se multiplient un peu partout dans le monde. L’UICN a créé la liste verte des aires protégées, recensant les espaces qui affichent des résultats en terme de conservation des espèces.

Plusieurs espèces sont de retour dans les marais de la basse vallée de l’Essonne, qui viennent d’intégrer la liste verte de l’UICN

Les marais de la basse vallée de l’Essonne et de Juine, soit près de 1.000 hectares situés à quelques kilomètres de Corbeil-Essonnes, viennent d’intégrer la prestigieuse liste verte de l’UICN le mois dernier. Ces marais ont été rachetés en 1996 par le département et les cabanes qui appartenaient aux particuliers ont été détruites. Le lieu s’était refermé, les arbres avaient colonisé les prairies et il a donc fallu rouvrir les milieux notamment en enlevant certaines cultures industrielles, comme le souligne Julien Daubignard, du conservatoire des espaces naturels sensibles du département de l’Essonne : « l’idée était de rentabiliser le marais en plantant des peupliers, une plantation pas du tout naturelle qui pompe beaucoup d’eau (…) il faut donc renouer avec des milieux naturels de prairies et pâturages avec vaches et moutons ».

A lire aussi

 

La priorité est donc d’entretenir ce marais pour éviter qu’il ne se referme, car depuis maintenant plusieurs années, ce lieu est devenu un refuge pour de nombreuses espèces : « on a des espèces emblématiques comme le balbusard pêcheur dont on accueille le seul couple nicheur d’Ile-de-France (…) d’autres espèces sont là comme le milan noir qui n’était pas présent il y a quelques années » déclare Julien Daubignard.

 

Seulement 20% des espaces Natura 2000 en France sont considérés en bon état écologique

59 aires protégées sont inscrites sur cette liste verte dans le monde dont 22 en France. Au total, 17 indicateurs de gouvernance, de gestion mais aussi de résultats sont pris en compte. L’enjeu est majeur, car seul 20% des espaces Natura 2000 en France sont considérés comme en bon état écologique, comme le souligne Laure Debeir, chargée du programme des aires protégées de l’UICN : « ce que propose la liste verte c’est d’évaluer la qualité de nos aires protégées afin de créer une communauté de sites qui ont de bons résultats et qui peuvent ainsi faire profiter d’autres sites qui s’engagent dans le dispositif ». L’ONU espère atteindre la barre des 30% d’aires protégées sur la planète d’ici 2030, dont une partie pourrait bien intégrer cette liste verte de l’UICN.

Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique