3 jours après avoir accouché, la cheffe Lidiya Yankovskaya dirige un concert

Crédit: Twitter - LidyaConductor

Le 15 décembre, Lidiya Yankovskaya a accouché de son deuxième enfant. 5 jours avant, elle dirigeait le Chicago Opera Theatre et, 3 jours après l’accouchement, elle remontait sur l’estrade pour diriger à nouveau la formation à l’occasion d’un concert de fin d’année. La directrice musicale de l’orchestre américain a tenu a partager cette expérience sur Twitter afin d’expliquer que grossesse et maternité ne sont pas incompatibles avec l’activité d’une musicienne.

Lidiya Yankovskaya est une des deux seules directrices musicales d’un grand orchestre aux États-Unis

Le 5 janvier, dans une série de tweets Lidiya Yankovskaya, la directrice musicale du Chicago Opera Theatre, une des deux seules femmes à occuper ce poste aux États-Unis avec Eun Sun Kim, à la tête du San Francisco Opera (Marin Alsop a quitté la direction du Baltimore Symphony Orchestra l’an dernier), a tenu à faire une mise au point rappelant que lors de la naissance de son premier enfant on lui avait dit : « que personne ne voulait voir une cheffe d’orchestre enceinte, que je ne pouvais pas diriger tout en prenant soin d’un nouveau-né, et qu’être mère et chef d’orchestre sont incompatibles ».

A lire aussi

 

La cheffe russo-américaine de 35 ans, originaire de Saint-Pétersbourg, souhaite qu’on arrête « cette stigmatisation ridicule et sexiste. La grossesse et l’accouchement sont des questions personnelles et n’entravent pas la capacité d’une femme à juger par elle-même si elle est en mesure d’être performante dans ses activités », ajoutant  « nous devons soutenir plus les mères et tous les parents. Cependant, nous ne devrions jamais laisser entendre que la grossesse ou la parentalité empêcherait une personne de faire tout ce qu’elle a fait avant d’avoir des enfants ».

En 2018, Julie Fuchs avait été écarté des représentations de La Flûte enchantée à Hambourg parce qu’elle était enceinte

Le site de la radio britannique Classicfm cite d’autres exemples de musiciennes qui ont dénoncé par le passé la manière dont le milieu de la musique classique les avaient « écartées ». L’an dernier c’est la harpiste Cecilia De maria qui avait fait partager sa grossesse puis sa maternité sur les réseaux sociaux pour alerter sur les nombreuses femmes musiciennes dans sa situation qui « ont peur de le faire savoir pensant que leur travail en serait affecté ». En 2018, Julie Fuchs s’était vue exclure des répétitions de La Flûte enchantée de WA Mozart par le Staatsoper de Hambourg parce qu’elle était enceinte et que cela pourrait « compromettre l’intégrité artistique de la production ». Sur Facebook, la soprano française avait alors écrit « je suis attristée que nous n’ayons pas pu trouver de solution pour tenir compte de cette légère différence physique qui n’affecte pas négativement ma performance vocale ou artistique ».

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique