Cancel Culture : Zhang Zhang dénonce les dérives de la discrimination positive dans le milieu de la musique classique

Crédits : OPMC

Depuis près d’un an, la violoniste Zhang Zhang multiplie coups de gueule et prises de positions sur les réseaux sociaux et dans la presse contre la cancel culture et les accusations de racisme dont le monde de la musique classique fait l’objet. Dans un entretien accordé au média social Neo, la musicienne sino-canadienne justifie son combat pour une musique universelle.

« Regarder les musiciens selon leur couleur de peau, leur sexe ou leur origine c’est très offensant, insultant »

1er violon au sein de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo (OPMC), Zhang Zhang, a commencé à s’ériger (dans Le Figaro) contre la discrimination positive qui, selon elle, salit l’universalité de la musique classique, à la suite des propos du trompettiste Ibrahim Maalouf qui trouvait le Philharmonique de Vienne « trop blanc ». À l’automne dernier elle s’était élevée, notamment dans une tribune publiée par Le Point, contre la décision de l’English Touring Opera de se séparer de 14 de ses musiciens blancs et, en fin d’année, contre la déprogrammation, par le Staatsballett de Berlin du ballet Casse-Noisette, accusé de véhiculer des stéréotypes racistes.  Sur Twitter, la musicienne sino-canadienne avait alors déclaré : « Le véritable acte raciste c’est l’interdiction de ce ballet en notre nom ! ».

A lire aussi

 

Dans l’entretien qu’elle a accordé à Neo, Zhang Zhang déplore le fait que « certaines personnes considèrent la musique classique comme raciste et élitiste.  Au lieu d’écouter les musiciens, on les regarde selon leur couleur de peau, leur sexe ou leur origine. C’est très offensant, insultant. Ce n’est pas juste ». Concernant les accusations de manque d’inclusivité dans le secteur, la violoniste s’insurge « c’est faux. La musique est un langage universel. Dans tous les moments de notre vie il y a de la musique. Il y a des orchestres, des écoles, des chœurs de musique classique partout dans le monde. On peut faire de la musique avec des personnes qui viennent de partout. On est une espèce musicale ! ».

 

Zhang Zhang : « Dans les auditions on ne juge jamais le physique des candidats. On veut juste trouver le meilleur musicien possible »

Sans se prévaloir de ses origines asiatiques, Zhang Zhang revient sur son expérience personnelle et notamment sur l’exercice des auditions au cours desquelles selon elle « on ne juge jamais le physique des candidats. On ne regarde pas s’il y a trop de blancs, d’hommes, de Chinois… On veut juste trouver le meilleur musicien possible » et de conclure : « je joue avec des collègues avec lesquels je ne peux pas communiquer parce qu’on vient de pays différents mais on peut faire de la musique ensemble. On peut partager la beauté ensemble ».

Philippe Gault 

Retrouvez l’actualité du Classique