Environnement : L’Amazonie ne sera bientôt plus une forêt tropicale

istock

C’est une nouvelle alerte sur l’état de santé de l’Amazonie. Dans une étude publiée en début de semaine, des chercheurs estiment que la forêt amazonienne a beaucoup perdu de sa capacité de résilience et qu’elle pourrait bientôt ne plus être une forêt tropicale.

75% de la forêt amazonienne a perdu en capacité de résilience

Ces chercheurs, d’universités britanniques ou d’instituts de recherche allemands, ont analysé les données satellitaires des 25 dernières années marquées par de grands incendies et par des sécheresses. Ils ont évalué la présence en eau, la biomasse et la canopée amazonienne. Selon leurs calculs, 75% de la forêt amazonienne a perdu en capacité de résilience. Des résultats qui n’étonnent pas Catherine Aubertin, directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, spécialiste du Brésil : « le massif amazonien est menacé car il subit à la fois le changement climatique, les incendies répétés et les sécheresses. Avec les satellites on enregistre bien des cas de déforestation et encore, on se rend assez mal compte de ce que l’on appelle la dégradation ».

A lire aussi

 

Les conséquences sont déjà visibles. Dans une précédente étude, publiée l’an dernier, des chercheurs estimaient ainsi que la partie brésilienne de l’Amazonie émet désormais plus de carbone qu’elle n’en absorbe. Le cycle de l’eau aussi généré par l’Amazonie, système unique, pourrait être bouleversé selon Jérôme Chave, écologue et directeur de recherche au CNRS : « pour faire simple, l’eau vient de l’océan Atlantique, elle est précipitée puis évaporée par la végétation. Elle est ensuite  précipitée de nouveau, plus loin vers l’ouest tout cela jusqu’aux Andes. Les Andes jouent un effet de barrière et toute cette eau est ensuite recaptée par l’océan Atlantique. Des scénarios suggèrent que ce cycle-là pourrait être arrêté si une grosse partie de la forêt amazonienne est déforestée ».

La forêt amazonienne stocke aujourd’hui environ 90 milliards de tonnes de dioxyde de carbone

La déforestation complète de l’Amazonie pourrait diminuer le transport d’humidité dans le bassin amazonien de 15 à 20%. Les chercheurs eux, estiment que le point de bascule pour l’Amazonie se rapproche. Cela modifierait de manière irréversible la plus grande forêt tropicale du monde : « cela fait déjà 25 ans qu’on en parle. Il y a l’idée que la forêt va totalement disparaître parce que les conditions climatiques qui prévalent actuellement vont changer et qu’il n’y aura plus assez de précipitations pour maintenir une forêt tropicale. C’est un élément renforcé par la déforestation ».

A lire aussi

 

Là aussi, nous n’y sommes pas encore mais ce sera peut-être dans 30 ou 40 ans préviennent les chercheurs à l’origine de l’étude publiée cette semaine. Jérôme Chave lui est plus mesuré : « se dire proche du point de bascule me semble prématuré. On parle d’un système qui est vivant et capable de se regénérer. On connaît mal la réponse de la végétation tropicale à ces perturbations. Je pense qu’il faut faire attention avec les extrapolations et les images catastrophistes quand on parle d’un écosystème qui est si vaste et si complexe que l’Amazonie ». La plus grande forêt tropicale du monde stocke aujourd’hui environ 90 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, soit plus de deux années d’émissions mondiales de CO2.

Baptiste Gaborit

Retrouvez 3 minutes pour la planète