Mozart au cinéma : De Alien à Out of Africa, découvrez la liste étonnante des films illustrés par sa musique

RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

La musique de Wolfgang Amadeus Mozart fut plébiscitée par beaucoup de réalisateurs, pour illustrer aussi bien des scènes d’amours que des films d’actions. Voici les films les plus célèbres inspirés par les compositions du compositeur autrichien.

Amadeus de Milos Forman a été récompensé par 8 Oscars !

Aujourd’hui, je vous propose du caviar : Wolfgang Amadeus Mozart au cinéma. Evidemment, il y a le film Amadeus du tchèque Milos Forman. Sorti en 1984, il est nommé pour 53 prix et récipiendaire de 40 d’entre eux, dont 8 Oscars, notamment celui du meilleur film. Murray Abraham joue Salieri et Tom Hulce joue le rôle de Mozart, sans oublier Constance interprétée par la remarquable Elizabeth Berridge. Commençons par un extrait de la bande originale d’Amadeus : La Flûte Enchantée dont on entend l’ouverture dans le film.

Dans Amadeus, la fin du scénario repose sur la commande du Requiem par un mystérieux mécène. Le même Requiem est repris dans le Théorème de Pier Paolo Pasolini en 1968 et Viridiana de Luis Buñuel en 1961. On retrouve également le compositeur autrichien dans Barry Lyndon de Stanley Kubrick avec La Marche des prêtres tirés d’Idoménée, opéra en 3 actes composé en 1781.

A lire aussi

 

 

Mozart n’est pas réservé aux films d’auteurs : les films d’action ont aussi droit à la musique du prodige. En 1996, le remake de la série Mission impossible paraît avec Tom Cruise sous la direction de Brian de Palma. Une fois encore, Mozart est en embuscade avec ce Divertimento pour trio à cordes : en voici le troisième mouvement.

On doit à Luigi Commencini la magnifique série Pinocchio, mais aussi un film d’une absolue tristesse : L’Incompris, sorti en 1966 et qui raconte l’histoire du fossé entre un père et son fils après la mort de sa mère. Pour dire la mélancolie de l’enfant et la tristesse mutique du père, il y a le mouvement lent du Concerto n°23 de Mozart sans lequel le film n’aurait sans doute pas été aussi déchirant.


On entend également l’ouverture des Noces de Figaro dans Le Discours d’un Roi de Tom Hooper, film sur la monarchie anglaise sorti en 2010 avec l’excellent Colin Firth. Nous poursuivons cette histoire d’amour entre Mozart et le cinéma avec Love Story, le mélodrame culte d’Arthur Hiller sorti en salle il y a 52 ans. Vous y entendez la Sonate pour Violon et Piano K547 et son premier mouvement cantabile.

On entend Mozart dans la célèbre comédie américaine Quand Harry rencontre Sally

Je poursuis avec Quand Harry rencontre Sally : en 1989, les spectateurs découvrent avec effarement ou jubilation une scène entre deux amis. Harry (Billy Crystal) et Sally (Meg Ryan) sont dans un restaurant et cette dernière explique à Harry que les femmes peuvent simuler la jouissance à tout instant : cette scène marque les esprits, la comédie de Rob Reiner aussi. Mozart est encore là avec le Quatuor n°7.

La Petite musique de nuit ou Sérénade n°13 a servi dans le Batman de Tim Burton en 1989 et dans le premier Alien de la saga de Ridley Scott. Dans les X-Men de Bryan Singer et dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick, il y a aussi du Mozart avec l’immortel Requiem. Que ce soit un film sur des mutants ou sur la séduction, Mozart convient sans problème. C’est lui-même un super héros de la musique, un mutant à sa façon et son instrument de séduction était bien sûr la musique.


Parlons maintenant d’un autre film culte : The Big Lebowski des frères Coen. Un autre extrait du Requiem y est mis en exergue : Lacrimosa, dans une scène où le héros rencontre un milliardaire avec lequel il passe un marché dangereux.

A lire aussi

 

 

 

En 1993 sort au cinéma un film d’Harold Ramis. Le personnage principal, joué par Bill Murray, voit sa journée se dérouler et recommencer sans fin. C’est la Sonata facile de Mozart qui résonne dans Un jour sans fin. Partons maintenant en Suède : Elvira Madigan est un film peu connu qui raconte l’amour compliqué d’un homme de la bonne société suédoise de la fin du 19ème siècle, prêt à quitter femme et enfants pour une artiste de cirque danoise. Autant dire que les bien-pensants n’apprécient pas. Ce film de Bo Widerberg, dont l’interprète féminine sera primée à Cannes en 1967, recourt à Mozart et son Concerto pour piano n°21 pour l’illustration musicale du drame.

Dans Out of Africa, succès de Sidney Pollack, on entend aussi l’Autrichien. Des violons et une clarinette plaqués sur des paysages majestueux illustrent à merveille la passion de Robert Redford et Meryl Streep. Voici pour terminer cette émission le Concerto pour clarinette et son mouvement adagio.

David Abiker

Mozart au cinéma, partie 1 :

Mozart au cinéma, partie 2 :

 

Retrouvez l’actualité du Classique