Amour et érotisme en musique : « Demandez le programme » de David Abiker interdit aux moins de 16 ans ?

istock

Demandez le programme s’encanaille ! L’émission de ce jeudi 2 décembre pourrait être interdite aux moins de 16 ans. Oui ce soir je vous propose une émission pour adulte car j’avais envie de partager avec vous érotisme et sensualité.

Au programme : Béatrice et Bénédict de Berlioz, Lakmé de Léo Delibes, et bien sûr Carmen

Dans une époque dominée par la pornographie, il me semblait juste et doux de vous proposer d’accéder au plaisir par la voie la plus approprié, je veux dire la musique. J’ai donc insisté auprès de Sir Francis Dresel pour qu’il nous fasse un programme avec dedans de la soie, de la lumière tamisée, des caresses et des parfums enchanteurs. Je veux jouir, lui ai-je dit, jouir et faire jouir par le simple fait de ouïr ! Alors nous débuterons ce programme avec Berlioz et son opéra-comique Béatrice et Bénédict inspiré par la pièce de Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien. Roberto Alagna chante « Ah ! Je vais l’aimer » avec l’organe merveilleux qu’on lui connaît…

Ce soir, je vais l’aimer, car ce soir nous dédions cette émission à l’amour, à la sensualité et à Vénus pour offrir à nos auditeur un maximum de plaisir. Et je sais qu’ils aiment écouter « Le Duo des fleurs » qui donne à chacune et chacun le sentiment en écoutant Lakmé, de Léo Delibes, que dans le creux du ventre, s’envolent des papillons qui accompagne le chant de Lakmé et de sa servante Malika.

« Demandez le programme » fait la part belle à l’amour avec Carmen, L’Amour sorcier et la bande-originale de Cinema Paradiso

Doux comme l’effleurement d’une main caressante sur la hanche diaphane d’une amante ou d’un amant, nous poursuivons cette soirée dédiée à l’amour et à la sensualité avec une tigresse au sang bouillant, Carmen.

Carmen, l’amour cet oiseau rebelle interprété par Angela Gheorghiu avec le chœur de chambre Les Eléments et l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Poursuivons cette orgie musicale avec L’Amour sorcier de Manuel de Falla, sentirez-vous le feu s’allumer le feu dans vos pupilles et sous vos pied à l’écoute de cette « Danse rituelle » ?

Nous poursuivons cette exploration de l’amour en musique avec la bande-originale du film Cinema Paradiso. Et je vous pose une question, vous souvenez-vous de cette séquence finale où Jacques Perrin, devenu un homme, découvre les baisers de cinéma censurés par la morale italienne les larmes aux yeux. Voici la bande-originale par Ennio Morricone qui raconte tout cet amour contenu, censuré. L’amour c’est aussi toute la tendresse de ce hautbois dont le chant s’enroule autour de votre cou.

Lisez le poème de L’Amour et de la mer d’Ernest Chausson inspiré par un recueil de poésie de Maurice Bouchor où l’on peut lire ceci :
« L’air est plein d’une odeur exquise de lilas
Qui, fleurissant du haut des murs jusques en bas,
Embaument les cheveux des femmes.
La mer au grand soleil va toute s’embraser,
Et sur le sable fin qu’elles viennent baiser
Roulent d’éblouissantes lames »

 

Le Prélude à l’après-midi d’un faune de Claude Debussy, une œuvre qui donne envie de courir nu dans un verger

Voici maintenant Les Chemins de l’amour de Francis Poulenc interprétés au violoncelle par Yo-Yo Ma et au piano par Katryn Stott. Si après ça vous n’avez pas envie de flirter, alors je rends mon tablier.

Nous retrouvons maintenant un personnage dont j’admire la lubricité exquise, comme les habitués de certaines plages du Cap d’Agde, il aime l’amour en plein air, le faune et ses après-midi coquines chez Debussy. Ce Prélude à l’après-midi d’un faune de Claude Debussy donne l’envie de courir nu dans un verger et d’y déguster un abricot bien mûr. Après l’amour, vient le sommeil et dans le sommeil, d’autres rêves s’allument, un Rêve d’amour par exemple, mis en musique par Franz Liszt sous les doigts expert de Claire-Marie Le Guay qui est au piano.

Quand on rêve d’amour et qu’on se réveille, on songe au Plaisir d’amour, une romance composée par Jean-Paul-Égide Martini, surintendant de la musique de Louis XIV qui s’y connaissait en plaisir d’amour rapide.

Je vous propose de terminer avec un petit bijou de Victor Herbert, imaginez-vous dans un jardin, ou sur un chemin de campagne avec celle ou celui que vous aimez, il fait chaud et vous chercher un coin tranquille pour vous allonger, vous rafraîchir et plus si possible… eh bien voici la musique qui irait avec cette sieste crapuleuse, Pensée amoureuse, pièce pour violoncelle et orchestre avec Lynn Harrel au violoncelle et l’Academy de Saint-Martin-in-the-Fields sous la direction de Sir Neville Mariner.

Cette émission, j’espère, vous laissera les yeux brillants avec un peu de sueur derrière la nuque.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique