Moldavie : Le violon d’Alexandra Conunova, estimé à 2 millions d’euros, confisqué par les douaniers

conunova.com

Alors qu’elle devait se rendre en Russie pour une série de concerts, Alexandra Conunova a eu la mauvaise surprise de se voir confisquer son violon par les douaniers de l’aéroport de Chisinau. Un instrument de très grande valeur que la violoniste moldave n’aurait pas déclaré dans les règles.

Le violon est un Guadagnini de 1735 évalué à 2 millions d’euros

Le site italien Scherzo, qui relate cette mésaventure, raconte l’excès de zèle des douaniers de l’aéroport de Chisinau (Moldavie) dont a été victime Alexandra Conunova, jeune violoniste moldave de talent de 32 ans, formée notamment par Renaud Capuçon à l’HEMU de Lausanne et lauréate en 2015 du Concours Tchaïkovski. Alors qu’elle devait décoller pour la Russie où elle doit donner une série de concerts, les douaniers lui ont signifié qu’ils ouvraient une procédure pénale à son encontre car le violon qu’elle avait enregistré n’avait pas été déclaré dans les formes administratives requises.

A lire aussi

 

En effet, l’instrument, évalué à 2 millions d’euros est une pièce unique du célèbre luthier lombard Giovanni Battista Guadagnini (1711-1786) fabriqué en 1735 à Turin. Appelé « Ida Levin » (du nom de la violoniste américaine à qui il appartenait, disparue en 2016), il n’appartient pas à Alexandra Conunova mais lui a été prêté par un de ses confrères suisse. Le fait que la violoniste ne puisse attester son origine la place, selon la loi locale, sous accusation de tentative de contrebande.

Sergiu Prodan le ministre de la Culture moldave : « un excès de zèle »

Informé de la situation, le ministre de la Culture moldave a réagi et tente de minimiser la portée de l’incident. Selon Sergiu Prodan « c’est une confusion malheureuse due à un excès de zèle. Le ministère de la Culture est en contact avec Alexandra et met tout en œuvre pour clarifier la situation ». De son côté, la porte-parole de la douane a déclaré que, malgré tout, « Une enquête est en cours sur cette affaire avec Interpol pour s’assurer que les papiers sont légaux et conformes ». En attendant le fameux violon est toujours conservé dans un coffre-fort du service des douanes de l’aéroport de Chisinau.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique