Voitures électriques : 9 bornes de recharges Izivia sur 10 fermées

L’entreprise Izivia vient d’annoncer la fermeture de 90% de ses bornes de recharge rapide pour véhicules électriques. Ce réseau de bornes de recharge sur autoroute a été le plus important de France.

 

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit :

 

Izivia invoque d’éventuels problèmes de sécurité pour les utilisateurs

Izivia ferme 189 de ses 217 bornes de son réseau appelé Corri-Door, en raison dit-elle d’un incident technique constaté sur les bornes d’un fournisseur et qui pouvait poser des problèmes de sécurité pour les utilisateurs. Le fournisseur en question dément ses problèmes de sécurité alors qu’un expert judiciaire a été nommé pour démêler l’affaire. Ce qui est certain, c’est que ces bornes ne sont plus utilisables ; un problème majeur pour les trajets longues distances.

 

à lire aussi

 

« Le véhicule électrique pour un usage domicile-travail quotidien est parfaitement adapté, explique Luis Le Moyne, directeur de l’Institut supérieur de l’automobile et des transports. Là où cela interroge, c’est pour les trajets longs où on a besoin d’une autonomie qu’un véhicule électrique ne permet pas. Ces bornes pénalisent la solution électrique là où cela fait le plus mal, sur les longues distances ».

 

Total veut installer une borne pour les 150 km d’ici 2022

D’autant qu’Izivia ne compte remplacer qu’une très petite partie de ses bornes à l’arrêt. Selon l’Avere, l’Association nationale pour la promotion de la mobilité électrique, cela pose un problème à court terme. Il va falloir trouver une solution de remplacement mais à moyen terme, il ne faudrait pas s’inquiéter. « On a d’autres réseaux qui ont commencé à ce déployer, détaille Cécile Goubet, directrice générale d’Avere. Le réseau longue distance est en train de se développer. En termes de réseaux européens, il y a Unity, qui dispose de 45 stations avec un objectif de 80 d’ici la fin de l’année ».

 

 

« Il y a aussi Total qui a déjà installé 4 stations et qui vise une station tous les 150 kilomètres sur les voies rapides d’ici 2022. Tout est dans les tuyaux pour qu’à moyen termes, l’offre de recharge en itinérance soit multiple, variée et à la hauteur des attentes en termes de puissance et de nombre de bornes. » La France compte aujourd’hui 29.000 bornes de recharge publiques, c’est à dire disponible pour tous les utilisateurs. Un nombre en augmentation de 15% par rapport à l’an dernier.

 

Des abonnements trop nombreux et des bornes inadaptées à certains véhicules

Si le réseau est conforme à ce qui est recommandé, il ne faut pas s’arrêter là selon Luis Le Moyne. Car même si le marché de la voiture électrique reste marginal, les ventes, elles, croissent. Au mois de janvier par exemple, elles ont été multipliées par 4. Et il faut un réseau qui soit riche pour rassurer les futurs utilisateurs. « Il ne faut pas que ce soit une borne anecdotique au supermarché, qui fait bien quand on fait les courses. Il y a cet aspect un peu psychologique, de sentir qu’on a une solution disponible ».

 

à lire aussi

 

« Cela implique que le réseau soit redondant et qu’il y est donc plus de bornes que le stricte nécessaire. Comme avec les stations essence, cette impression de grande disponibilité peut rassurer les futurs utilisateurs ». Restera un enjeu majeur, uniformiser les abonnements, qui sont aujourd’hui très nombreux et les bornes de recharge, car certaines ne sont pas utilisables par tous les propriétaires de véhicules électriques.

 

Baptiste Gaborit

 

Retrouvez d’autres articles de 3 minutes pour la planète