Micro-plastiques : Une charte pour alerter les candidats aux municipales

La mythique goélette Tara, bateau ayant servi à de nombreuses expéditions scientifiques, est arrivée à Paris cette semaine. L’objectif de son expédition parisienne est de promouvoir une charte zéro plastique destinée aux candidats aux municipales.

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit :

 

 

L’arrivée de Tara à Paris s’est jouée à 20 cm près

La bateau Tara est arrimé depuis mercredi rive gauche, au niveau du pont Alexandre III. Son voyage jusqu’à la capitale a été très compliqué. « Tara est arrivé de l’Orient au Havre pour enlever les mats et les mettre sur le pont du bateau pour pouvoir passer sous les ponts et remonter les 6 écluses de la Seine », détaille Romain Troublé, directeur général de la fondation Tara Océan.

 

à lire aussi

 

« Quand on est arrivé à Paris, la crue était un peu trop forte. Le niveau de l’eau était trop haut. On ne passait pas les ponts. Cela c’est joué à 20 cm. » Mais la goélette Tara est bien arrivée à bon port, sur le quai des conteneurs. A l’intérieur, une exposition pédagogique retrace ses dernières expéditions, comme dans le Pacifique entre 2016 et 2018. Une exposition, également consacrée à tous les dangers qui menacent aujourd’hui l’océan.

 

8 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année dans les océans

Tara devrait accueillir en 2.000 et 3.000 scolaires jusqu’au 13 avril. Tout le grand public est invité également à venir découvrir cette exposition et le mythique bateau Tara, qui revient d’une expédition sur les fleuves européens. 2.700 échantillons y ont été prélevés et partout ont été détectés des micro-plastiques ; un fléau mondial. 8 millions de tonnes de plastiques sont en effet déversés dans les mers chaque année dans le monde et 80% de ces déchets viennent de la terre. Voilà pourquoi Tara lance aujourd’hui une charte sur les rivières et les fleuves sans plastique, destinée aux candidats des élections municipales.

 

 

« Chaque commune de France est traversée par une rivière, un ruisseau, un rû ou un fleuve pour les plus grandes. Et chaque commune à un impact sur son cours d’eau. Il y a un impact mesurable immédiat et cela peut donner du bonheur aux administrés, parce qu’ils voient que cela change et qu’ils ont un impact sur ces enjeux-là ».

 

Une charte déjà signée par 25 candidats aux municipales

Parmi les signataires, Christophe Bouillon, député et président de l’association des petites villes de France, qui liste les initiatives possibles : « Supprimer le plastique à usage unique dans les cantines scolaires par exemple. Lutter contre le gaspillage. Faire en sorte que dans nos achats, on supprime les bouteilles plastiques. Inciter les citoyens à utiliser des produits avec le moins d’emballages possible. On peut mettre en place des redevances incitatives au niveau des déchets. Il y a mille et une action concrètes qui doivent condamner le plastique comme pollution ».

 

à lire aussi

 

« C’est ce que peuvent faire des communes à leur échelle, soient 4.000 petites villes en France pour 26 millions d’habitants. Il y a un formidable effet levier. » La charte vient d’être lancée et 25 candidats aux municipales l’ont déjà signée. Ce sera sans doute beaucoup plus dans les semaines qui viennent. Tara Océan assure qu’un suivi sera fait sur les engagements pris par les candidats, notamment au moment du Congrès des maires de France.

 

Baptiste Gaborit

 

Retrouvez d’autres articles de 3 minutes pour la planète