Vaccins anti Covid : le renouveau de la vaccination grâce au digital et au Big data

Dans l’histoire de la vaccination, il y aura clairement un avant et un après “crise du Covid”. Avant cette crise, la vaccination c’était un secteur qui ne passionnait plus tellement les foules, en particulier dans les pays développés.

La crise du Covid a remis le vaccin à la mode

Jusqu’ici, la vaccination a permis de faire disparaître ou grandement reculer des maladies comme la variole, la polio ou la rougeole. Au point que certains se sont demandés si les vaccins sont vraiment utiles, et c’est vrai que beaucoup de laboratoires pharmaceutiques préfèrent investir dans le traitement de maladies chroniques ou contre le cancer parce que ce sont des marchés plus récurrents ou plus gros. Mais la crise du Covid a changé la donne. Le vaccin est redevenu à la mode.

A lire aussi

 

Ce regain de popularité est toujours une rencontre entre une demande et une offre. Et cette année, il s’est passé deux choses. Il y a une demande dans le monde entier parce qu’on est face à une véritable pandémie qui peut frapper tout le monde. C’est un très gros marché potentiel donc. Et ça, ça a stimulé l’offre. On n’a jamais vu autant de groupes pharmaceutiques développer aussi vite autant de vaccins pour une nouvelle maladie. Ca prouve que quand on se mobilise, on peut aller très vite. Jusque-là il fallait plutôt dix ans pour mettre au point un nouveau vaccin. Là, on a trouvé des solutions en moins d’un an.

 

Le digital, le Big data, la puissance informatique sont passés par là

Comment expliquer ce miracle ? La science a fait des progrès : le digital, le Big data, la puissance informatique sont passés par là. Ensuite, les gouvernements se sont engagés financièrement en amont. En général, les groupes pharmaceutiques développent tout seuls, ils assument tous les risques et ils vendent cher les solutions qui marchent. Cette année, les Etats ont passé des commandes massives avant même de savoir si les vaccins fonctionneraient. Ca a permis de lancer plus vite la production.

A lire aussi

 

Les administrations ont autorisé plus vite, elles ont fait le boulot sérieusement mais elles ont mis les dossiers sur le dessus de la pile. Du coup, on a réduit les temps de développement et on aura des vaccins a priori peu chers. Ca sera un des acquis de cette crise, et on sera mieux préparé lors de la prochaine pandémie.

David Barroux