Spectre d’un choc pétrolier : les provocations de l’Iran font monter la tension dans le Golfe

Au programme de la revue de presse de David Abiker : Le spectre d’un choc pétrolier, la gestion des PV et leurs paiements, l’opération porte-ouverte des loueurs de trottinette, le travail des seniors et le dépistage personnalisé du cancer.

 

Spectre d’un choc pétrolier : les provocations de l’Iran font monter la tension dans le Golfe

Dans la presse international on questionne déjà la possible escalade et d’éventuelles représailles américaines. Courrier International parle d’un flou sur les intentions américaines. Que va faire Trump ? Dimanche, il tweetait que les Etats-Unis étaient prêts et parés à agir, explique le Middle East Eye, mais 24 heures plus tard il tweetait à propos d’une riposte militaire « qu’il préférerait l’éviter ».
Pour le Washington Post cité par Courrier International “Trump s’est enfoncé tout seul avec l’Iran semble avoir perdu toute capacité à contrôler la crise”. Son choix de sortir de l’accord sur le nucléaire et d’imposer de nouvelles sanctions économiques auraient notamment “provoqué” l’Iran dont la réaction était presque prévisible. Et le problème, analyse le New York Times, c’est que “dans ce moment de danger, le président Trump a peu d’options, peu d’alliés, une équipe réduite à la sécurité nationale et peu de crédibilité”. Il a régulièrement rejeté les rapports de ses services de renseignement, il a renvoyé trois conseillers à la sécurité nationale, il s’est aliéné des alliés importants, il a déjà utilisé presque toutes les sanctions économiques possibles contre l’Iran. Pour le Guardian, Trump est condamné à la prudence, coincé entre son désir de ne pas paraître faible et son anxiété d’entrer en guerre en pleine campagne de réélection. Sa solution à ce dilemme est de passer le flambeau à Riyad”. La suite au prochain tweet…

 

 

La gestion des PV et leurs paiements sont devenus une véritable usine à gaz, illisible, inefficace pour l’Etat, pour ses agents et pour le contribuable

Comment la gestion des PV et leurs paiements sont devenus une véritable usine à gaz, illisible, inefficace pour l’Etat, pour ses agents et pour le contribuable. Le Figaro s’est procuré le rapport parlementaire qui sera présenté aujourd’hui au Sénat, un rapport qui évalue la réforme du stationnement de 2018, une réforme qui n’a rien simplifié. Bien au contraire. En cas de contestation d’un PV pour excès de vitesse ou stationnement gênant on ne sait à qui s’adresser, la trésorerie de 2e division a Paris reçoit 30 000 appels par mois, dont seulement 20 % sont traités. Les auteurs du rapport pointe également des absurdités : les personnes handicapées pour qui le stationnement est gratuit doivent payer les amendes reçues par erreur avant de les contester, dans les grandes villes on assiste à un véritable trafic de cartes de stationnement handicapés notamment dans les grandes villes, les étrangers eux, ne paient pas leurs PV. Mais le pire c’est le taux de recouvrement : trop de logiciels, trop de désorganisation administrative, résultat en 2018 la moitié des 34 millions d’avis de paiement n’a pas été recouvré, ce qui représente tout de même un milliard d’euros pour l’Etat.
Dans la série gestion administrative ubuesque, vous lirez dans La Croix l’histoire de la plaine des déchets, à Chanteloup dans les Yvelines, c’est aux portes de Paris et ce qui exaspère les riverains c’est l’inaction des services de l’Etat et des collectivités territoriales. Il a raison le président Macron d’utiliser une application smartphone pour suivre l’action de ses ministres, le Journal du Dimanche vous en parlait hier, parce qu’il y a en France un sacré problème de suivi et de coordination administrative. La plaine des déchets c’est à lie dans la Croix.

 

Opération porte-ouverte des loueurs de trottinette

Les opérateurs LIM et Dott ont ouvert leurs locaux aux journalistes de Libération. Lim et Dott sont les sociétés qui ont recouvert les trottoirs des grandes villes de ces engins. Et comme Paris va lancer un nouvel appel d’offres, ces deux sociétés veulent montrer à l’opinion leur meilleur profils. Elles ont commencé jeudi dernier par renoncer à faire travailler des auto-entrepreneurs pour collecter et recharger les trottinettes électriques et elles viennent d’ouvrir les portes de leurs entrepôts flambant neufs à Libération. Ici on répare et chouchoute les trottinettes endommagées. Bâtiment aux normes, les camions roulent à l’électrique, les pièces abîmées sont recyclées. Libération explique surtout que ces sociétés qui veulent remporter l’appel d’offres parisien travaillent leur image d’employeur modèle pour répondre aux critères socio-écolo de la mairie. N’empêche, Libération évoque le cas de Circ société lyonnaise qui elle recourait à de la main d’œuvre salariée, en CDD ou CDI, ça n’a pas empêché la société de mettre la clé sous la porte et de laisser les salariés sur le carreau.
Sur les trottinettes, on lira aussi Marianne, qui s’interroge notre société où les adultes adoptent des comportements régressifs, notamment celui de faire n’importe quoi en trottinettes ou de passer un peu trop de temps sur les jeux vidéos….

 

 

Retraite : deux japonais âgés sur 3 veulent travailler après 65 ans

Sur l’emploi on ouvrira plus volontiers le Monde qui consacre un dossier à la nouvelle frontière du recrutement : les seniors. Vous y apprendrez qu’au japon deux japonais âgés sur 3 veulent travailler après 65 ans et que la France à un taux d’emploi des 55-64 ans inférieur de 6 points à celui de ses voisins européens. Comment l’expliquer alors qu’on nous explique que nous devrons travailler plus longtemps et plus tard ? Réponse Mark Keeze, économiste de l’OCDE spécialiste de l’emploi : l’âge minimal de départ en retraite en France est trop bas, les régimes spéciaux encouragent à quitter tôt le monde du travail, le marché du travail n’aime pas les seniors et enfin ça va faire grincer des dents, les seniors sont trop payés en vieillissant. Payez les moins vous en embaucherez plus…Il paraît que le PME PMI s’y mettent…

 

Le dépistage personnalisé du cancer

Le Parisien-Aujourd’hui en France fait la une sur le dépistage personnalisé du cancer du sein et c’est l’occasion de lire le témoignage de Naciba, il est intéressant parce qu’à 50 ans Naciba avait la trouille de se faire dépister et elle raconte comment elle a fait l’autruche jusqu’à ce que ses enfants parviennent à la convaincre de participer à un test national proposant à 20 000 françaises une approche individualisée du diagnostic et de la prévention. A chacun son approche et à chacun son rythme sa pourrait être le slogan d’un trimestriel féminin qui fête ses un an. Ça s’appelle DIM DAM DOM et c’est le magazine de toutes celles qui refusent l’accélération du monde. A première vue c’est Bobo mais non. On s’interroge dedans sur le triomphe de la notion de bienveillance qu’est-ce que ça cache…on vous y décrit comment la Chine construit en ce moment des hôpitaux géants…on vous y parle de la tradition hospitalière des Iles Feroé, de la gastronomie finlandaise. Et plus vous feuilleter ce mook, plus vous levez le pied, plus vous changez de rythme, plus vous respirez, et plus vous finissez par ralentir pour in fine. Vous arrêtez.

 

Plus d’articles sur la revue de presse :