Producteur tabassé : Arnaud Robinet pointe « une ultra minorité de policiers »

Arnaud Robinet, maire Les Républicains de Reims était l’invité de Bernard Poirette ce vendredi 27 novembre. Il est revenu sur l’affaire du producteur tabassé, estimant que cette violence est le fait d’une « ultra minorité de policiers ». Il a par ailleurs déclaré que « la réécriture de l’article 24 de la loi Sécurité globale par une commissions signe sa mort programmée ».

Loi Sécurité globale : « la réécriture de l’article 24, c’est sa mort programmée » pour Arnaud Robinet

Arnaud Robinet est revenu sur les images de Michel, producteur de musique tabassé par un brigadier et deux gardiens de la paix samedi 21 novembre : « ce que nous avons vu est inqualifiable ». Le maire de Reims estime que « notre pays est tombée dans l’hyperviolence avec d’un côté des casseurs et de l’autre une ultra minorité de policiers ». Il a souligné « la difficulté de faire partie des forces de l’ordre », appuyant ses propos par toute la violence faite à ces derniers.

A lire aussi

 

Arnaud Robinet a rappelé « la nécessité de protéger les forces de l’ordre ». Jean Castex a déclaré jeudi 26 novembre l’instauration d’une commission indépendante afin de réécrire l’article 24 de la loi Sécurité globale. Cet article polémique a été voté par l’Assemblée nationale et prévoit de pénaliser la diffusion malveillante de l’image de policiers et gendarmes. Le maire de Reims a fustigé cette annonce du premier ministre, estimant que « cette réécriture signe la mort programmée de l’article ». Il a affirmé la possibilité selon lui « d’assurer la sécurité des forces de l’ordre, tout en garantissant la liberté de la presse ».

 

Pour Arnaud Robinet « la fermeture des bars et des discothèques a provoqué les soirées clandestines »

Interrogé par Bernard Poirette sur des soirées clandestines organisées pendant le confinement réunissant de nombreux jeunes, Arnaud Robinet a pointé du doigt la responsabilité du gouvernement. Il a déclaré que « la fermeture des lieux de convivialité comme les bars ou les discothèques a provoqué ces transferts dans des appartement étudiants ou les normes sanitaires ne sont pas respectées ». Dans sa ville, à Reims, il a expliqué avoir « réussi à ralentir ce phénomène grâce à une unité de nuit de la police municipale et des échanges avec les associations étudiantes ».

A lire aussi

 

Ensuite, Arnaud Robinet est revenu sur la reprise d’entreprises en difficulté. Le géant américain General Electric a annoncé la suppression de 240 postes dans son usine de Belfort, après avoir bénéficié d’aides de l’Etat. Arnaud Robinet a déploré ces aides, argumentant que dans sa ville de Reims, « la collectivité n’a jamais donné 1 euros de subvention à une entreprise pour qu’elle s’installe ». « Nous jouons sur l’attractivité et le dynamisme de notre territoire » a-t-il déclaré.

 

Présidentielle 2022 : « Xavier Bertrand est celui qui en a le plus envie » déclare Arnaud Robinet

Alors que le Champagne vit une année 2020 catastrophique et pourrait voir un retrait de 20 à 25% de ses ventes, le maire de Reims a annoncé vouloir accompagner tous les acteurs économiques. Pour relancer cette activité, Arnaud Robinet veut jouer sur « un plan de relance touristique ».

A lire aussi

 

Enfin, le maire Les Républicains s’est exprimé sur la présidentielle 2022, expliquant qu’à droite, « celui qui a le plus envie d’y aller c’est Xavier Bertrand ». Il s’est dit prêt à le soutenir mais ne veut pas que ce soit un candidat par défaut : « s’il y va, il doit avoir un soutien total du parti ».

Antoine Mouly

Retrouvez les interviews politiques